• Accueil
  • News
  • Iran: L'IE condamne le harcèlement incessant et les détentions des enseignants

Iran: L'IE condamne le harcèlement incessant et les détentions des enseignants

L'IE poursuit ses actions auprès des autorités iraniennes concernant le harcèlement et l'intimidation des enseignants syndicalistes.

Les pressions exercées sur les syndicalistes membres des Iranian Teachers' Trade Associations (Associations syndicales iraniennes d'enseignants-ITTA), affiliées au Coordinating Council of ITTAs (Conseil de coordination des ITTA-CCITTA), une organisation membre de l'IE, ne cessent de croître depuis le début de l'été. Ce Conseil a également été interdit de réunion ces derniers mois.

L'IE a écrit aux autorités iraniennes, appelant le gouvernement à mettre fin aux pressions sur les syndicats, à relâcher immédiatement les enseignants syndicalistes détenus et à reconnaître les ITTA et leur Conseil de coordination.

L'IE s'inquiète tout particulièrement de la peine de mort prononcée contre Abdolreza Ghanbari et du maintien en détention de plusieurs autres enseignants syndicalistes.

Abdolreza Ghanbari, un enseignant de Pakdasht Varamin et lecteur à l'Université de Payam e Nour, a été arrêté à son domicile de Pakdasht le 4 janvier 2010. Il est accusé de ‘Moharebeh’ (hostilité envers Dieu) pour avoir reçu des messages électroniques d'un groupe d'opposition armé dont il ne fait pas partie. La peine de mort qui a suivi a été confirmée par la branche 36 de la Cour d'appel de Téhéran.

En détention à la prison d'Evin, Ghanbari a subi 25 jours ininterrompus d'interrogatoires musclés. En 2007, il avait passé 120 jours en détention, avait été condamné à six mois de suspension et exilé de Sari à Pakdasht.

Esmael Abdi, un enseignant membre de la Iranian Teachers’ Association of Tehran, a été arrêté le 19 mai 2010. Quatre représentants du ministère des Renseignements ont fouillé son domicile et saisi son ordinateur, son portable et certains écrits. Ils ont coupé sa ligne téléphonique et ont dit à sa partenaire de ne pas révéler sa détention. Abdi est toujours détenu dans un endroit inconnu. D'après ses proches, son arrestation est la conséquence d'une interview accordée aux médias étrangers lors de la journée nationale des enseignants.

Rasoul Bodaghi est un autre membre de la Iranian Teachers’ Trade Association of Tehran actuellement en détention. Il a été transféré de la prison de Evin à celle de Rajaieshahr à Karaj le 10 mai 2010. On rapporte qu'il a été sauvagement battu par deux officiels de la prison le 26 mai 2010. Cette expérience a provoqué une grave détérioration de sa santé. Aucun rapport ne fait état d'une date pour la tenue de son procès.

Hashem Khastar est un enseignant à la retraite souffrant des reins. Il a déjà purgé plus d'un tiers de sa peine de prison, mais se voit toujours refuser toute sortie pour rendre visite à sa famille. Ce simple fait va déjà à l'encontre des lois régissant la détention des prisonniers en Iran.

L'IE est ses organisations membres de par le monde sont également outrées par l'attitude du système judiciaire iranien dans le cas de l'enseignant syndicaliste Farzad Kamangar, exécuté le 9 mai 2010 sans avoir bénéficié d'un procès juste et avant que la Cour Suprême puisse revoir son cas. Son exécution a eu lieu sans que sa famille et son avocat en soient informés. L'IE continue de réclamer que le corps de Farzad soit restitué à sa famille et qu'une enquête indépendante soit menée concernant les vices de procédure et les allégations de tortures infligées à Farzad au cours de sa détention.

Partagez cette page