• Accueil
  • News
  • Un travail décent, une vie décente pour les femmes

Un travail décent, une vie décente pour les femmes

Le 7 octobre est la Journée mondiale pour le travail décent – une journée pour se rappeler de la situation précaire dans laquelle vivent des millions de femmes du monde entier et pour réclamer un travail décent et une vie décente pour les femmes.

« Nous avons besoin à notre époque de davantage d’investissements pour la population, particulièrement pour les femmes et Ies jeunes. Une éducation financée par l’Etat et des services publics sont essentiels pour offrir une vie décente aux femmes. La reprise passe par des services publics financés, pas par des restrictions budgétaires », a déclaré Fred van Leeuwen, Secrétaire général de l’IE.

La mondialisation possède un impact disproportionné sur les femmes. La crise économique et de l’emploi mondiale a entraîné la mise au chômage de 34 millions de femmes et d’hommes supplémentaires depuis 2008 – dont un grand nombre de personnes avec un niveau d’éducation élevé, des qualifications diverses, des aptitudes et de l’expérience. Même si les femmes représentent une partie de plus en en plus importante des travailleurs salariés, cela ne veut pas dire qu’elles occupent des emplois surs et décents. Dans les faits, les femmes sont généralement moins payées et occupent un emploi plus précaire que les hommes.

Une éducation de qualité est un des outils essentiels pour améliorer l’égalité des genres et renforcer l’autonomisation des femmes. Elle nécessite des enseignants de qualité dont le statut est reconnu, suivant le principe que des conditions de travail décentes permettent des conditions d’apprentissage décentes. Le maintien du personnel enseignant et aidant actuel est important. La pénurie sans précédent d’enseignants qualifiés rend nécessaire le recrutement et la formation de 10 millions de personnes pour travailler dans le secteur de l’éducation. L’embauche d’hommes et de femmes sans emploi dans l’éducation, notamment des mères et des femmes enceintes, représenterait un stimulant fiscal majeur et permettrait également d’atteindre les objectifs fixés au niveau international.

Les mesures de protection sociale pour les familles pauvres sont un facteur clé pour réaliser de véritables progrès dans la lutte contre le travail des enfants. Les revenus familiaux et les opportunités de travail décent sont des éléments déterminants pour que les parents décident d’envoyer leurs filles et fils à l’école. « Le plein emploi et des politiques de travail décent sont nécessaires. Ces étapes sont essentielles pour éradiquer la pauvreté et réaliser les objectifs de développement convenus au plan international, notamment les Objectifs du Millénaire pour le développement », a déclaré Jan Eastman, Secrétaire générale adjointe de l’IE.

Le Conseil des Global Unions travaille actuellement à l’élaboration d’une charte pour un programme mondial pour des services publics de qualité qui sera lancée à la Conférence Services publics de qualité – Passons à l’action ! à Genève en Suisse, la semaine prochaine. Dans le monde entier, des syndicalistes se battent pour leurs droits à un travail décent et à une vie décente.

Première Conférence mondiale des femmes de l’IE – « Objectif égalité »

Le programme pour un travail décent et la dimension de genre des Objectifs du Millénaire pour le développement seront au centre des discussions à la première Conférence mondiale des femmes de l’IE « Objectif égalité ». Parmi les oratrices, on retrouve Nelien Haspels, spécialiste senior sur les questions de genre au Bureau de l’Organisation internationale du Travail en Asie du Sud-Est. Des ateliers traiteront de la situation précaire des femmes et de la discrimination en fonction du genre qui a lieu sur le marché du travail. Rendez-vous sur le site internet de la conférence pour consulter le programme et vous inscrire à cet événement.

Partagez cette page