Résolution sur les droits des peuples autochtones

Le deuxième congrès mondial de l’Internationale de l’Education réuni à Washington D.C., Etats-Unis, du 25 au 29 juillet 1998 : 1. Rappelle les termes de la Déclaration universelle des droits de l’homme, du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, de la Convention No. 169 de l’OIT et des nombreux instruments internationaux de lutte contre la discrimination; 2. Note que l’année 1995 a marqué le début de la décennie des Populations Autochtones; 3. Reconnaît a. que leurs conditions sociales, culturelles et économiques les distinguent des autres composantes de la communauté nationale, et que leur statut est déterminé en tout ou partie par leur propres coutumes ou traditions ou par des lois, règlements spéciaux ou des traités; b. qu'ils sont considérés comme autochtones sur la base du fait qu'ils descendent de populations qui habitaient le pays ou la région géographique à laquelle appartient le pays, à l'époque de la conquête, de la colonisation ou de l'établissement des frontières des Etats actuels et qu'ils gardent, quel que soit leur statut juridique, tout ou partie de leurs propres institutions sociales, économiques ou culturelles; 4 Prend en compte la diversité de culture, de religion et d'organisation sociale et économique des peuples autochtones, forts de 250 millions de personnes réparties dans plus de 70 pays et représentant 4% de la population mondiale; 5 Reconnaît la dignité des Peuples Autochtones et la contribution unique qu'ils peuvent apporter au développement et au pluralisme de la société; 6 Reconnaît que la diversité de culture et de langue des populations autochtones constitue une richesse pour le patrimoine culturel de l'humanité et qu'elle doit être protégée en tant que vecteur de leur culture et de leur identité; 7 Considère qu'en vertu de ses Statuts, l'Internationale de l'Education s'engage à "lutter contre toutes formes de racisme, de préjugés ou de discrimination dans l'éducation et dans la société fondées sur le sexe, l'état civil, les tendances sexuelles, l'âge, la religion, les opinions politiques, la condition sociale ou économique ou l'origine nationale ou ethnique"; 8 Considère que la Conférence Mondiale sur les Droits de l'Homme a réitéré l'engagement de la communauté internationale à protéger le bien-être économique, social et culturel des Populations Autochtones; 9 Reconnaît le rôle que jouent les syndicats d'enseignants et les systèmes éducatifs dans la promotion et la défense de l'identité culturelle des Peuples Autochtones. Le Congrès décide que l’Internationale de l’Education: 10. Doit défendre les droits dont disposent les populations autochtones en vertu des instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme; 11. Doit défendre les droits collectifs des Peuples Autochtones à l’autodétermination et à la reconnaissance de leur identité culturelle, notamment le droit d’apprendre et d’utiliser leur propre langue; 12. Doit promouvoir les droits des Populations Autochtones en participant au groupe de travail des Nations Unies sur les populations autochtones et à d’autres forums des Nations Unies et en envoyant des représentants autochtones parmi la délégation de l’IE à ces forums lorsque des questions relatives aux Autochtones seront au centre des discussions; 13. Doit soutenir la proposition visant à créer un Forum permanent des populations autochtones à l'ONU; 14. Doit faire circuler le projet de déclaration sur les populations autochtones entre les organisations membres de l’IE et leur demander de faire pression sur leur gouvernement pour qu’il approuve l’adoption de la déclaration aux Nations Unies; 15. Doit exhorter l’UNESCO à promouvoir, dans le cadre du programme scolaire des pays membres, l’utilisation de matériels qui présentent l’histoire, la culture et le mode de vie contemporain des peuples autochtones et qui mettent en valeur leurs connaissances, leurs compétences, leurs valeurs et leurs croyances; 16. Doit encourager ses organisations membres à promouvoir la mise en œuvre d'une éducation destinée aux populations autochtones qui soit élaborée avec leur participation afin de satisfaire leurs aspirations et leurs besoins; 17. Doit inciter ses organisations membres à créer, le cas échéant, des comités d'éducation autochtones, afin de garantir la représentation d'enseignants et de travailleurs de l'éducation autochtones dans les structures syndicales et d’inclure dans les délégations syndicales des représentants des Peuples Autochtones; 18. Le Congrès décide que l’IE et ses organisations membres doivent mettre en place un programme de travail dans chaque région afin de: a. Préparer un rapport triennal sur le statut de l’éducation des peuples autochtones qui sera soumis au Congrès de l’IE; b. Veiller à ce qu’une analyse basée sur la problématique hommes/femmes fasse partie intégrante de toutes les recherches et analyses réalisées par l’IE; c. Préparer des informations pour les affiliés de l’IE sur l’importance pour les Populations Autochtones de bénéficier d’un enseignement propre dans leurs communautés selon un programme de cours basé sur les connaissances et valeurs autochtones et dispensé dans la langue de la région; d. Procéder à une analyse des ressources nécessaires pour dispenser un enseignement de qualité aux Populations Autochtones, y compris les matériels de cours, la formation des enseignants, les services de soutien et les finances; e. Veiller à ce que l’histoire des Populations Autochtones, dans l’optique de celles-ci, soit abordée intégralement dans les programmes de cours nationaux; f. Prévoir des consultations entre membres Autochtones sur la Déclaration de Coollangatta, un projet de déclaration relatif à l’enseignement Autochtone par des Autochtones; g. Organiser des forums régionaux d’éducateurs autochtones dans les régions de l’IE ainsi qu’un forum international juste avant le Congrès de l’IE.

Partagez cette page