Résolution sur l'impact de la Mondialisation sur les Droits et les Conditions d'emploi des Enseignants et des Personnels de l'Education

Le troisième Congrès mondial de l'Internationale de l'Education, réuni à Jomtien, Thaïlande, du 25 au 29 juillet 2001: 1. Reconnaissant que l'évidence de la mondialisation entraîne des défis et des opportunités mais qu'en termes d'impact de tendances actuelles de globalisation, causées par des forces économiques puissantes, les gouvernements et les institutions internationales, menace les conditions de travail des personnels de l'éducation en mettant en place un modèle néolibéral qui démantèle l'Etat-providence pour un Etat compétitif en privatisant l'éducation; 2. Affectée par les tentatives de transformer l'éducation d'un droit humain garanti par le service public offert pour le bien collectif en une marchandise contractée pour un avantage privé; 3. Reconnaissant qu'aux niveaux national et international une pression doit être faite afin de s'opposer à l'inclusion de l'éducation dans le cadre de l'Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS) de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et de garantir que les politiques de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), de la Banque mondiale et du Fonds Monétaire International (FMI) reconnaissent l'éducation publique comme un droit humain; 4. Considérant que le rapport 2001 du Comité d'Experts sur l'application de la Recommandation de l'OIT/UNESCO sur la Condition du Personnel Enseignant (CEART) déclare : «L'expansion foudroyante de l'éducation dans un climat de pauvreté de l'enseignement et des mauvaises conditions d'apprentissage a créé un environnement malsain pour les recrues éventuelles et les enseignants actuellement en service.»; 5. Reconnaissant que les demandes de prévisibilité, de responsabilité, de flexibilité et d'efficacité ont conduit à de nouvelles formes de gestion dans l'éducation et ont eu comme effet la détérioration des conditions de travail et des relations dans l'éducation; 6. Reconnaissant l'importance croissante du syndicalisme international à organiser et faire campagne efficacement pour des formes de mondialisation basé sur les droits humains, sur les personnes, sur l'aide mutuelle et la solidarité; 7. Soucieux de toute forme de stress et de burnout pour les travailleurs de l'éducation; 8. Le Congrès recommande à l'IE et ses organisations membres de; a. Etendre la syndicalisation à tous les personnels de l'éducation, le cas échéant; b. Organiser les personnels de l'éducation travaillant sous contrats à mi-temps et temporaires ainsi que ceux travaillant dans le système éducatif non-officiel, le cas échéant; c. Réclamer la plénitude des droits syndicaux garantis dans les traîtés internationaux des droits humains pour tous les personnels de l'éducation; d. Promouvoir et favoriser de nouveaux modèles d'organisation dans l'enseignement, visant à augmenter la satisfaction professionnelle par une meilleure habilitation des personnels de l'éducation; e. Négocier afin que les services techniques rendent possible la diffusion d'un enseignement de qualité; f. Optimaliser l'utilisation des nouvelles technologies en tant qu'instruments favorisant le processus d'apprentissage pour instruire les populations; g. Réclamer un droit et un taux de participation toujours plus important dans les prises de décisions à tous les niveaux de l'éducation; h. Explorer des approches du travail d'équipe basé sur la collégialité, qui donneraient différentes responsabilités aux membres de l'équipe; i. Négocier des conditions d'emploi qui récompenseraient ceux qui continuent à travailler directement avec les étudiants, plutôt que d'opter pour un poste dans la direction; j. Contester le temps passé aux tâches bureaucratiques demandées aux enseignants; k. S'assurer qu'il reste du temps pour la préparation, la planification et les consultations de groupes pour le personnel; l. Négocier des salaires, des droits et des conditions de travail semblables à ceux de personnes ayant les mêmes qualifications et responsabilités dans d'autres secteurs qui suffisent à accomplir entièrement leurs responsabilités professionnelles; m. Garantir que des programmes de formation de qualité, initiaux et en service, soient disponibles à des moments où tout le personnel de l'éducation en tire des avantages. n. Abaisser le nombre d'étudiants par classe afin d'améliorer leur réussite ; o. Améliorer l'environnement de travail du personnel de l'éducation par le biais d'une mise à disposition d'écoles fonctionnelles ayant un équipement moderne et du matériel pédagogique meilleur et approprié. p. Rendre les métiers de l'éducation plus attractifs en inversant la tendance à la dégradation du statut des enseignants et reconnaître l'augmentation de la pénibilité des métiers ; q. Soutenir l'échange d'enseignants entre les pays mais éviter le pillage des diplomés par les pays les plus riches ; r. Promouvoir l'égalité des droits entre les hommes et les femmes, en particulier pour les salaires, les conditions de travails et les droits ; s. S'opposer à la fragmentation et la désintégration de la convention collective formelle et du changement qui en résulte dans les conditions de service ; t. Demander la création d'une convention collective appropriée et d'un débat sur les mécanismes de résolution pour tous les employés de l'éducation.

Partagez cette page