L’Amérique latine, véritable fer de lance de la privatisation de l’éducation à travers le monde

D’après un nouveau rapport, l’Amérique latine est la région du monde qui a connu la croissance la plus constante en termes de privatisation de l’éducation ces dernières décennies.

Ce nouveau rapport, intitulé « Privatisation de l’éducation en Amérique latine: vue d’ensemble des politiques, des développements et des tendances »(uniquement en espagnol),[G1] révèle que l’Amérique latine est la région du monde qui a connu la croissance la plus constante en termes de privatisation de l’éducation ces dernières décennies. La région se distingue non seulement par le taux de scolarisation le plus élevé au monde dans l’enseignement primaire privé, mais également par la croissance la plus constante en termes de services d’éducation privés. Cette tendance se dessine également pour l’enseignement secondaire, pour lequel l’Amérique latine est au coude à coude avec l’Afrique subsaharienne en termes de région affichant le taux de scolarisation le plus élevé dans l’enseignement privé.

Le seul rapport sur la question

Malgré l’ampleur de ce phénomène, la littérature spécialisée ne fournit que très peu d’informations pertinentes à ce sujet. Cette étude se révèle dès lors d’autant plus pertinente, dans la mesure où les chercheurs/euses qui en sont à l’origine sont parvenu(e)s à identifier une typologie des différentes tendances régionales en matière de privatisation de l’éducation.

On peut citer à titre d’exemple la disparition des droits fondamentaux à l’éducation comme conséquence de la « liberté de choix », l’un des critères clés de la privatisation, à l’image de la réforme structurelle mise en œuvre au Chili, dont le système éducatif fait désormais partie des plus inégalitaires au monde (OCDE, 2014). En Argentine, des partenariats public-privé de longue date conclus entre 1940 et 1960 ont favorisé la déréglementation des écoles privées.

En s’appuyant sur ces deux cas précis ainsi que sur d’autres exemples, le rapport se penche dès lors sur le phénomène de la privatisation en tenant compte du contexte politique de chaque pays. La grande variété d’approches établies par ces tendances révèle que l’Amérique latine est une région éminemment bien préparée pour mener une réflexion et prendre part à des débats théoriques et sociaux en matière de politique économique relative aux réformes de l’éducation.

Qui sont les auteurs de ce rapport?

Le rapport « Privatisation de l’éducation en Amérique latine: vue d’ensemble des politiques, des développements et des tendances » est le fruit du travail d’Antoni Verger, de Mauro Moschetti et de Clara Fontdevila, chercheurs/euses à l’Université autonome de Barcelone. Cette année, Antoni Verger et Clara Fontdevila ont été récompensés par la prestigieuse Association pour l’éducation internationale et comparative (CIES) pour une étude similaire portant sur l’économie politique des réformes de l’éducation à travers le monde.

Veuillez cliquer ici pour télécharger le rapport complet (uniquement en espagnol).


 

 

Partagez cette page