Finlande: le gouvernement augmente son enveloppe budgétaire pour la formation des étudiant(e)s et des enseignant(e)s migrant(e)s

Suite à l’annonce du gouvernement d’accroître ses investissements dans la formation et l’intégration des étudiant(e)s migrant(e)s, le syndicat d’enseignants Opetusalan Ammattijärjestö (OAJ) a appelé au renforcement de la formation des enseignant(e)s en vue de pouvoir leur offrir une éducation de qualité.

Le 11 août dernier, la Ministre finlandaise de l’Education Sanni Grahn-Laasonen a annoncé la mise à disposition d’un pack de financement d’un montant de 5,5 millions d'euros pour le développement de programmes de formation pour les étudiant(e)s migrant(e)s, ainsi que d’autres mesures pour promouvoir leur intégration. Ces fonds serviront, entre autres, à améliorer les résultats d’apprentissage et à organiser des formations permettant aux personnes issues de la migration d’acquérir une qualification officielle les autorisant à travailler dans l’enseignement ou les jardins d’enfants.

OAJ: un besoin urgent de formation et d’intégration

« L’éducation est la meilleure politique d’intégration, raison pour laquelle les migrants de tous âges doivent avoir la possibilité d’accéder le plus rapidement possible aux services de formation après leur arrivée en Finlande, afin de pouvoir lancer immédiatement leur processus d’intégration », a déclaré Olli Luukkainen, Président de l’OAJ.

En Finlande, il est également nécessaire de renforcer les compétences multiculturelles des enseignant(e)s, a-t-il souligné avant d’ajouter: « Je crains que nous n’ayons pas suffisamment d’enseignants qualifiés pour assurer la formation des migrants ».

De nouveaux outils sont nécessaires pour renforcer les qualifications des enseignant(e)s dans le domaine de la formation multiculturelle et leur permettre d’enseigner aux migrant(e)s les compétences en lecture et en écriture.

Contexte

Plusieurs établissements d’enseignement supérieur finlandais ont pris des initiatives pour promouvoir et accélérer les parcours de formation des migrant(e)s. A titre d’exemple, l’Université Metropolia des Sciences appliquées conduit un projet pour continuer à améliorer la formation des migrant(e)s, tandis que l’Université de Jyväskylä se charge de créer de nouvelles passerelles offrant aux migrant(e)s la possibilité d’accéder à une formation universitaire. Les universités d’Helsinki, Tampere, Turku, Oulu et de Finlande orientale envisagent d’organiser des formations permettant aux enseignant(e)s issu(e)s de la migration d’acquérir des qualifications, tout en poursuivant la formation des enseignant(e)s travaillant avec des migrant(e)s.

Un financement a également été accordé aux projets visant à développer l’éducation et la protection de la petite enfance, ainsi que d’autres programmes éducatifs organisés par les municipalités, afin d’améliorer les résultats d’apprentissage des jeunes étudiant(e)s issu(e)s de la migration. Par ailleurs, d’autres initiatives seront également financées, telles que les activités des clubs au sein du secteur de l’éducation et de la protection de la petite enfance, l’enseignement du finnois/suédois comme deuxième langue, l’éducation libérale pour les adultes migrant(e)s et l’enseignement des langues pour les parents migrant(e)s demeurant à domicile.

Au total, 27 projets déployés par les autorités locales, les établissements d’enseignement supérieur, les institutions et autres organisations éducatives, seront subsidiés par l’Etat. Ces subventions contribueront à la mise en œuvre du plan d’action pour l’intégration adopté par le gouvernement le 3 mai 2016, visant à rendre les parcours de formation plus flexibles et plus individualisés.

L’enseignement et la formation professionnels pour les migrant(e)s étaient auparavant financés via un pack de 20 millions d'euros destiné à faciliter l’intégration des demandeurs/euses d’asile et des personnes issues de la migration au marché du travail et d’améliorer leur formation.

Partagez cette page