Sénégal: les dernières élections professionnelles rebattent les cartes du syndicalisme enseignant

Les premières élections de représentativité dans le secteur de l’éducation au Sénégal, où un syndicat sur dix a été déclaré représentatif, ont amené un paysage syndical inédit et fait apparaître de nouvelles alliances.

Accélérer le travail syndical vers l’unité

Ces élections étaient organisées pour clarifier la représentativité des nombreux syndicats d’enseignants sénégalais.

L’un des quatre affiliés de l’Internationale de l’Education (IE), l’Union Démocratique des Enseignantes et des Enseignants du Sénégal (UDEN), est parvenu à franchir le seuil des 10% et est donc reconnu comme syndicat représentatif, à l’occasion des premières élections de représentativité organisées le 26 avril au Sénégal dans le secteur de l’éducation. L’UDEN est ainsi en mesure de prendre part aux instances officielles de concertation avec le ministère.

Les enseignant(e)s contractuel(le)s étant progressivement depuis 20 ans devenu(e)s plus nombreux/euses que les fonctionnaires, cette situation s’est traduite dans les résultats de l’élection. En effet, parmi les syndicats arrivés en tête, au primaire comme au secondaire, la plupart sont des syndicats qui comptent une forte proportion d'enseignant(e)s contractuel(le)s.

Ces résultats interrogent les syndicats sénégalais, contraints de réviser stratégie et feuille de route pour leur travail unitaire. Pour le moment, les cadres unitaires larges semblent ne pas avoir survécu aux élections, et un regroupement de syndicats non représentatifs semble se dessiner, de même qu’un travail commun régulier des syndicats représentatifs.

Devant ces risques de division, les cinq affiliés de l’IE ont décidé d’accélérer leur rapprochement au sein de l’Union Syndicale pour une Education de Qualité (USEQ) en vue, à terme, d’une fusion.

Partagez cette page