Commémoration de la mémoire d’un chef de file de l'enseignement suédois et de l’œuvre qu’il a accomplie tout au long de sa vie

La famille et les amis de Lars-Erik Klason se sont rendus à Leksand, en Suède, pour réfléchir à la vie de ce défenseur de l’enseignement public et du syndicalisme en Suède et dans le monde.

Une cérémonie de commémoration organisée le 9 février a permis à ceux qui connaissaient Lars-Erik Klason de mieux se souvenir d'un homme qui a marqué de nombreuses vies. Il est décédé le 31 décembre après une courte maladie. Il avait 77 ans.

En Suède, Lars-Erik Klason était connu pour avoir consacré sa vie professionnelle à l'éducation. Après avoir terminé un doctorat en sciences politiques, il a commencé sa carrière en tant qu'enseignant à l'école primaire et secondaire avant d'assumer des rôles de premier plan au sein du mouvement syndical des enseignant(e)s. Il a ensuite contribué à la fusion de deux des syndicats nationaux du pays pour créer le Lärarförbundet.

Cependant, Lars-Erik Klason était également une figure majeure en dehors des frontières de la Suède. Il a exercé une grande influence sur la scène mondiale, en commençant par son élection comme vice-président de la Confédération mondiale des organisations de la profession enseignante (CMOPE) en 1986. Il est peut-être mieux connu comme l'un des moteurs de la création de l'Internationale de l'Education (IE). C'est à sa demande que son congrès constitutionnel s'est tenu à Stockholm.

« Lars-Erik était, avant tout, un citoyen du monde, et un citoyen passionné au demeurant. Dans les années 1980 et 1990, il a mobilisé les syndicats de l'éducation du monde entier pour rejoindre la lutte anti-apartheid et aider nos collègues sud-africains à créer leur propre organisation multiraciale d'enseignants », a déclaré Fred van Leeuwen, Secrétaire général de l'IE, dont la relation avec Lars-Erik Klason remontait à près de 40 ans.« Il a également été l'un des premiers dirigeants syndicaux d'Europe occidentale à mobiliser avec succès des fonds publics pour des programmes d'aide aux syndicats de l'éducation dans les pays du Sud. »

Pour Fred van Leeuwen, le décès de Lars-Erik Klason a été un grand choc, car il avait hâte de célébrer à ses côtés le 25e anniversaire de l'IE.

« Nous lui sommes reconnaissants pour son héritage, pour ce qu'il laisse derrière lui, pour avoir donné des exemples à beaucoup d'entre nous, en tant que militant syndical, en tant que défenseur des valeurs démocratiques et de l'enseignement public, et en tant que très cher et généreux ami. »

Lars-Erik Klason, également connu comme pianiste de jazz accompli, laisse dans le deuil sa fille Elisabet, son mari Björn et leurs enfants Axel et Bastian, ainsi que sa fille Katarina et ses enfants Mattias et Johanna.

 

Partagez cette page