« Le monde entier est avec vous »: le Secrétaire général de l’IE David Edwards s’adresse aux délégué(e)s de la National Education Association

Le Secrétaire général de l’IE, David Edwards, est intervenu lors de la réunion de l’Assemblée représentative de la National Education Association (NEA), l’organe de décision principal de la NEA qui, avec ses plus de trois millions d’affiliés, est le plus grand syndicat des Etats-Unis.

« Je veux que vous sachiez que le monde entier est avec vous, dans la mesure où vous faites partie de ce monde et où ce sont tous les étudiants du monde qui sont dans vos classes », a confié David Edwards aux plus de 6.000 délégué(e)s rassemblé(e)s lors de cette réunion annuelle, qui s’est tenue cette année à Minneapolis, dans le Minnesota, du 2 au 5 juillet.

« Les tyrans utilisent la peur et l’ignorance pour mettre à mal la démocratie. La seule profession à même de s’interposer entre ces tyrans et leurs volontés se trouve devant moi en ce moment. Continuez à vous battre, à faire entendre votre voix et à vous syndiquer, et les enseignants et enseignantes des quatre coins du monde seront avec vous », a-t-il déclaré.

« Il est grand temps de se tourner vers l’extérieur. Nous nous tiendrons aux côtés de nos frères et sœurs afin de les aider à surmonter cette épreuve, et nous en ressortirons plus forts », a ajouté le Secrétaire général pour encourager les membres syndicaux/ales réuni(e)s, à l’heure où leurs organisations sont la cible des puissants intérêts des entreprises et de l’administration de Donald Trump. 

Refusez de vous taire, ne détournez pas le regard, résistez

Cette rencontre a lieu quelques jours à peine après la décision de la Cour Suprême concernant l’affaire Janus v AFSCME, qui entend affaiblir la voix des syndicats et porter un coup dur au financement des syndicats aux Etats-Unis. En outre, elle fait suite à une année de forte mobilisation des enseignant(e)s aux Etats-Unis. Les éducateurs/trices de la Virginie-Occidentale à l’Arizona se sont en effet joint(e)s aux parents, aux étudiant(e)s et aux groupes communautaires pour exiger davantage de ressources pour les étudiant(e)s et de meilleures conditions de travail afin d’attirer et de retenir des professionnel(le)s dévoué(e)s, attentionné(e)s et qualifié(e)s.

« Nous vivons des heures sombres, mais comme nous l’a rappelé Martin Luther King: 'ce n’est que quand il fait assez sombre que l’on peut voir les étoiles' », a déclaré Lily Eskelsen García, Présidente de la NEA, dans son discours aux délégué(e)s. « Et les étoiles se sont déjà alignées: les citoyens et citoyennes ont défilé, élevé leur voix et refusé de se taire ou de détourner le regard. Nous avons vu la résistance se mettre en marche. »

« Mais il me semble qu’aucune autre étoile ne brille autant que nos courageux éltudiants », a fait remarquer Lily Eskelsen García, qui a ensuite donné la parole à David Hogg, l’un des dirigeant(e)s étudiant(e)s les plus remarqué(e)s, qui a récemment terminé ses études au lycée Marjory Stoneman Douglas High School. Ce lycée a été le théâtre d'une terrible fusillade en février, qui a coûté la vie à 17 étudiant(e)s et membres du personnel.

« Nous nous sommes fait entendre, nous nous sommes mobilisés et nous sommes restés forts parce que nos amis et nos familles sont ce qu'il y a de plus important pour nous », a rappelé David Hogg aux délégué(e)s. « Nous sommes jeunes. Nous ne sommes pas obligés d’accepter la situation actuelle. Et nous ne l’accepterons jamais. Nous voulons changer le monde tel qu’il est pour qu'il devienne tel qu'il devrait être. Les étudiants du pays tout entier sont prêts et motivés. Ils savent que le pouvoir est entre leurs mains », a-t-il ajouté. « Ils savent que s'ils se mobilisent cette fois, les jeunes gagneront ».

« Nos étudiants doivent se sentir les bienvenus », affirme la lauréate du Prix national du/de la meilleur(e) enseignant(e) de l’année

Mandy Manning, qui a reçu le Prix national du/de la meilleur(e) enseignant(e) de l’année 2018 pour son engagement sans faille envers les étudiant(e)s migrant(e)s et réfugié(e)s de son école qui proviennent du monde entier, notamment de Syrie, du Chuuk, d’Irak, d’Afghanistan, du Guatemala, du Myanmar, du Soudan, du Mexique et de Tanzanie, était également présente à la conférence et a été invitée à intervenir.

« Au cours du mois dernier, nous avons vu des enfants être séparés de leur famille et des familles emprisonnées pour une période indéterminée pour pouvoir rester ensemble. La Cour Suprême a maintenu l’interdiction de voyager à caractère xénophobe du Président, et les citoyens qui ont été naturalisés ne sont plus certains de pouvoir conserver ce statut. Nous vivons et exerçons notre profession à une époque où tous les étudiants ne se sentent pas les bienvenus et n’ont pas l'impression d’être désirés, appréciés, compétents ou importants », a déclaré Mandy Manning aux délégué(e)s.

Elle ne s’est pas exprimée longtemps afin de pouvoir laisser la parole à deux étudiant(e)s qui, d’après elle, « nous apprennent à continuer à nous mobiliser et, en fin de compte, nous donnent de l’espoir. Ils nous montrent la marche à suivre et nous prouvent qu’au sein de nos écoles, nous façonnons des citoyens confiants et forts, qui sont solidaires, puissants et font preuve d’empathie. »

Partagez cette page