• Accueil
  • News
  • Royaume-Uni: les syndicats appellent à un financement amélioré et ciblé de l’éducation

Royaume-Uni: les syndicats appellent à un financement amélioré et ciblé de l’éducation

Les syndicats de l'éducation ont exhorté les autorités publiques britanniques à accroître les investissements dans les écoles et à mettre en œuvre une répartition adéquate des fonds.

NASUWT: « La mise en réserve des fonds publics, souvent aux dépens des enfants et des jeunes ».

« La NASUWT a plaidé et continuera de plaider en faveur d’une augmentation des investissements dans les écoles, mais elle a également mis en garde contre la question des réserves scolaires excessives et la nécessité de veiller à ce que le financement arrive en première ligne où il peut bénéficier directement à l’enseignement et à l’apprentissage », a affirmé Chris Keates, Secrétaire générale de la National Association of Schoolmasters Union of Women Teachers (NASUWT) en réponse au rapport publié le 11 janvier par l’Education Policy Institute sur le solde du revenu scolaire en Angleterre.

Notant que « le rapport s’interroge sur la question de savoir si les autorités locales doivent redistribuer les excédents budgétaires pour combler les déficits du secteur maintenu », elle rappelle également que son syndicat « défend depuis longtemps cette approche, souvent utilisée avec succès par les autorités locales pour soutenir les écoles en difficulté ».

Keates a continué en regrettant que « malheureusement, depuis 2010, le gouvernement a abandonné ces contrôles financiers et d’autres contrôles financiers importants dans ses efforts pour accorder des libertés et des flexibilités excessives aux écoles ».

« Il en a résulté, dans de trop nombreux cas, une mise en réserve de fonds publics, souvent au détriment des enfants et des jeunes dont l’éducation a été financée par ces fonds et des enseignants et autres personnels qui ont vu leur rémunération et leurs conditions de travail se dégrader d’année en année », a-t-elle conclu.

NEU: « Un gouvernement qui ne semble pas se soucier de la qualité de l’éducation »

Selon Kevin Courtney, Secrétaire général adjoint du National Education Union (NEU), « l’augmentation du pourcentage d’écoles secondaires déficitaires à plus de 30 % est prévisible et une conséquence directe du refus du gouvernement de financer adéquatement le système éducatif. La pression des coûts dans le système éducatif et l’augmentation du nombre d’élèves du secondaire signifient qu’un plus grand nombre d’écoles secondaires seront confrontées à un déficit dans les années à venir. » 

Le rapport montre qu’en dépit des coupes dans l’offre éducative, les finances scolaires continuent de se détériorer », a-t-il également souligné, expliquant que « plus de la moitié des écoles secondaires et près de la moitié des écoles primaires sont obligées de dépenser plus que leurs revenus cette année, donc les déficits vont augmenter et les » excédents « vont diminuer si rien n’est fait en matière de financement global ».

Commentant la définition du ministère de l’Education de « solde excessif », c’est-à-dire un surplus de 5 % pour les écoles secondaires, il a fait valoir que « ce n’est pas ‘excessif’, comme tout chef d’entreprise vous le dirait, et cela représente moins de 10 jours des frais de fonctionnement d’une école. Le rapport conclut qu’il n’y a pas assez d’argent dans ce que l’on appelle les ‘soldes excessifs’ pour couvrir les déficits. »

Courtney a également déploré vivement que « ce gouvernement ne semble pas se soucier de la qualité de l’éducation que reçoivent nos enfants et nos jeunes ». Il est temps qu’ils écoutent les chefs d’établissement, les enseignants, le personnel scolaire et les parents qui disent « trop, c’est trop » et s’assurent que nos écoles sont correctement financées.