Résolution: MISE EN ŒUVRE DES OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

Le 8e Congrès mondial de l’Internationale de l’Education (IE), réuni à Bangkok, en Thaïlande, du 21 au 26 juillet 2019 :


(1) Réaffirmant que l’éducation, depuis l’éducation de la petite enfance jusqu’à l’enseignement supérieur, est un droit humain fondamental et un bien public, et que la responsabilité première des Etats est de garantir ce droit et d’offrir une éducation publique gratuite et de qualité ;

(2) Saluant l’adoption du Programme pour le développement durable 2030 par les Nations Unies et ses Etats membres et celle du Cadre d’action Education 2030 par l’UNESCO et la communauté éducative en 2015 ;

(3) Notant que, à la suite des nombreuses activités de plaidoyer et aux pressions exercées par l’IE et ses organisations membres, l’Objectif de développement durable 4 relatif à l’éducation de qualité, son engagement spécifique à augmenter considérablement le recrutement d’enseignant·e·s qualifié·e·s et la mise en avant de l’importance des enseignant·e·s pour l’éducation de qualité ont été intégrés au Programme 2030 ;

(4) Soulignant l’interconnexion et l’importance de tous les ODD, et en particulier l’ODD 5 (égalité des genres), l’ODD 8 (travail décent), l’ODD 10 (réduction des inégalités), l’ODD 13 (lutte contre le changement climatique), l’ODD 16 (sociétés pacifiques) et l’ODD 17 (modalités de mise en œuvre), lesquels jouent un rôle central dans le travail et les valeurs de l’IE ;

(5) Soulignant l’importance de réaliser l’ODD 4, l’éducation étant cruciale pour la réalisation de tous les autres objectifs et l’éducation pour le développement durable étant un vecteur de changement transformatif;

(6) Constatant avec inquiétude l’absence d’un cadre global pour le financement des ODD et du Programme Education 2030, ainsi que les déficits importants en matière de financement de l’éducation, en particulier dans les pays à revenu faible et intermédiaire inférieur et dans les pays en situation de conflit ;

(7) Mettant en garde contre les accords de financement dits « innovants » susceptibles de mettre en péril le bien public que représente l’éducation, d’encourager la commercialisation et la privatisation de l’éducation, de porter atteinte à la souveraineté nationale, de subventionner des activités commerciales au sein de l’éducation ou d’accroître le surendettement ;

(8) Observant la tendance préoccupante à réduire la diversité des programmes et à définir l’éducation de qualité uniquement au travers d’un ensemble de résultats d’apprentissage et d’évaluations mesurables essentiellement centrées sur la lecture, l’écriture et le calcul ;

(9) Constatant avec inquiétude l’absence d’un mécanisme de supervision et de suivi rigoureux pour le financement et la mise en œuvre des ODD et du Programme Education 2030 aux niveaux mondial, régional et national, dans la mesure où l’absence de financement et de responsabilisation ont entravé les progrès en faveur de l’Education pour tous et des Objectifs du millénaire pour le développement (2000-2015), que la communauté internationale n’est pas parvenue à atteindre ;

(10) Constatant avec inquiétude la lenteur des avancées dans le cadre du développement et de la finalisation des indicateurs mondiaux, régionaux et thématiques pour le suivi de l’ODD 4 et des autres ODD ;

(11) Constatant avec inquiétude la lenteur et l’irrégularité des avancées en faveur de la réalisation des ODD et du Programme Education 2030, de même que le nombre de jeunes et d’adultes n’ayant toujours pas accès à une éducation de qualité, en particulier dans les pays en situation de conflit ;

(12) Réaffirmant la responsabilité fondamentale des gouvernements de garantir la mise en œuvre pleinement exécutoire des ODD et du Programme Education 2030 ;

(13) Reconnaissant la contribution des organisations intergouvernementales, des donateurs et des différents acteurs de l’éducation, tels que les organisations d’enseignant·e·s, dans le cadre de la réalisation du droit à une éducation publique de qualité et gratuite pour toutes et tous ;

(14) Plaidant en faveur de la pleine réalisation des ODD, du Programme Education 2030 et du droit à une éducation équitable et inclusive de qualité pour l’ensemble des enfants, jeunes et adultes à l’horizon 2030 ;

(15) Le 8e Congrès mondial :

(i) Appelle l’ensemble des gouvernements à prendre les devants, à respecter leurs engagements, à mettre en place des mesures législatives, budgétaires et toutes autres mesures nécessaires en vue de la mise en œuvre des ODD et du Cadre d’action Education 2030 et à garantir le droit à une éducation publique de qualité et gratuite pour toutes et tous, notamment en consacrant au moins 6 % de leur PIB et 20 % de leurs dépenses nationales à l’éducation ;

(ii) Appelle l’ensemble des gouvernements à respecter urgemment leur engagement à accroître le nombre d’enseignant·e·s qualifié·e·s au niveau mondial, en investissant dans la formation initiale et continue de qualité, ainsi que dans le développement professionnel, et en garantissant des conditions de travail décentes, des salaires attrayants, l’autonomie professionnelle et la participation des enseignant·e·s et de leurs organisations au développement, à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation des politiques éducatives ;

(iii) Demande instamment à la communauté internationale, en particulier aux Nations Unies et à ses agences compétentes, aux organisations intergouvernementales et aux donateurs, de garantir le droit à une éducation publique de qualité et gratuite pour toutes et tous, notamment au travers de l’allocation d’une aide publique au développement pour l’éducation, en tenant compte plus particulièrement des pays à faible revenu et en situation de conflit et des initiatives en faveur de la justice fiscale et de la mobilisation des ressources domestiques, reconnaissant que le financement national stable et progressif est essentiel au financement de l’éducation publique pour toutes et tous;

(iv) Demande instamment aux organisations membres de faire pression sur leurs gouvernements afin que ces derniers démontrent leur volonté politique et procèdent rapidement à la mise en œuvre des ODD et des stratégies adoptées dans le Cadre d’action Education 2030 ;

(v) Demande instamment aux organisations membres d’assurer le suivi des avancées des ODD et de préparer régulièrement des rapports dans ce cadre, en demandant à leur gouvernement de rendre des comptes au niveau national et en soutenant l’IE dans sa mission de surveillance au niveau mondial ;

(vi) Encourage les organisations membres à participer activement au suivi et à la mise en œuvre de l’ODD 4.c sur les enseignants et des stratégies indicatives, notamment au travers de la collecte de données, de la conduite de recherches, du dialogue politique et du plaidoyer ;

(vii) Encourage les organisations membres à surveiller l’utilisation et l’interprétation à mauvais escient des évaluations d’apprentissage, en particulier dans le cadre des évaluations normalisées dont les enjeux sont importants, afin de garantir que celles-ci ne servent pas à réduire la portée de l’ODD 4 et les programmes scolaires ;

(viii) Encourage les organisations membres à faire pression sur leur gouvernement afin que les politiques d’évaluation soient centrées sur la conception et la gestion par les enseignants d’un ensemble d’évaluations formatives basées sur le diagnostic et la classe, et dont les résultats servent à améliorer l’enseignement et l’apprentissage pour l’ensemble des élèves et non à répondre à des responsabilités aux enjeux importants ;

(ix) Demande instamment aux organisations membres d’exiger leur représentation au sein des structures nationales et régionales chargées de superviser le financement et la mise en œuvre de l’ODD 4, et de s’atteler à renforcer et élargir le dialogue social, afin d’y inclure la mise en œuvre de l’ODD 4 ;

(x) Encourage les organisations membres à identifier dans leurs aires de compétence les questions et priorités essentielles liées aux ODD et à développer des projets et actions concrets afin qu’elles soient traitées;

(xi) Encourage les organisations membres à collaborer et à travailler en réseau avec d’autres syndicats et organisations proches, y compris la société civile et les organisations de jeunesse et estudiantines, œuvrant en faveur de la réalisation de l’éducation publique de qualité pour toutes et tous et de la mise en œuvre de l’ODD 4 et des autres ODD.

(16) Le 8e Congrès mondial confie au Bureau exécutif de l’IE le mandat suivant :

(i) Aider au renforcement de la capacité des organisations membres, y compris les enseignant·e·s jeunes et en début de carrière et les PSE, afin de leur permettre d’assurer le suivi de la mise en œuvre de l’ODD 4 et du Programme Education 2030 et de faire pression afin que des engagements soient pris par les gouvernements au niveau national - notamment au travers de l’organisation d’ateliers aux niveaux régional et mondial ;

(ii) Continuer à fournir des outils et un soutien aux organisations membres, aux enseignant·e·s et aux PSE afin de leur permettre de plaider efficacement en faveur de la réalisation intégrale des Objectifs de Développement Durable, en particulier les cibles pour l’éducation, et faciliter et coordonner les actions des organisations membres, chaque fois que cela s’avère nécessaire ;

(iii) Renforcer le plaidoyer en faveur de la réalisation intégrale des ODD à l’horizon 2030, du financement suffisant et durable de l’éducation – en s’alignant sur la Feuille de route de l’Internationale de l’Education pour le financement de l’éducation – et d’une éducation publique de qualité et gratuite pour toutes et tous, auprès de toutes les agences compétentes des Nations Unies et des institutions et forums associés (UNESCO, OIT, UNICEF, ONU Femmes, Forum politique de haut niveau et Assemblée générale des Nations Unies), auprès des organisations internationales (notamment la Banque mondiale et le FMI) et auprès des diverses autres organisations intergouvernementales mondiales ou régionales ;

(iv) Faire valoir les priorités de l’IE au travers de sa représentation au sein des forums pertinents et des processus décisionnels en lien avec la mise en œuvre, le financement, le suivi et l’évaluation des ODD – le Comité directeur du Programme Education 2030, le Groupe de coordination technique pour les indicateurs relatifs à l’ODD 4 et le Groupe des travailleurs et des syndicats au sein des Nations Unies ;

(v) Renforcer la participation et la représentation de l’IE au sein des forums régionaux consacrés aux ODD, notamment ceux convoqués par l’UNESCO et les Commissions régionales des Nations Unies ;

(vi) Faire en sorte que l’ODD 4 ne soit pas réduit à des évaluations peu pertinentes de l’apprentissage dans le cadre de la formulation des indicateurs, du suivi des progrès, des décisions en matière de financement et des priorités politiques ;

(vii) Continuer à créer des alliances et des partenariats stratégiques avec les autres fédérations syndicales mondiales des Global Unions et les organisations apparentées, notamment la Campagne mondiale pour l’éducation, ainsi qu’avec la société civile et les organisations d'élèves qui se mobilisent en faveur de la réalisation de l’éducation publique de qualité pour toutes et tous et de la mise en œuvre des ODD.

Partagez cette page