• Accueil
  • News
  • Royaume-Uni : des inquiétudes subsistent sur la réouverture des écoles

Royaume-Uni : des inquiétudes subsistent sur la réouverture des écoles

Les syndicats de l’éducation au Royaume-Uni ont exprimé une véritable inquiétude concernant la réouverture des écoles et des établissements d’enseignement prévue pour le mois de septembre.

NASUWT : nécessité d’un programme national pour assurer la réouverture complète et sûre de toutes les écoles
 
Les enseignant·e·s et les chef·fe·s d’établissement ont soulevé des questions auprès du Ministère de l’Éducation concernant le financement supplémentaire aux écoles, les équipements de protection pour le personnel vulnérable et les services de nettoyage supplémentaires.
 
Le 8 juillet, le secrétaire général de la NASUWT Patrick Roach a souligné que son syndicat « reconnaît l’importance de la réouverture des écoles à tous les enfants dès qu’il sera prudent de le faire ». Le ministre de l’Éducation Gavin Williamson doit élaborer un programme national coordonné pour assurer la réouverture complète et sûre des écoles en septembre.
 
Il a ajouté que les autorités publiques doivent traiter en urgence les nombreuses questions pratiques et logistiques qui ont été évoquées par les enseignant·e·s et les chef·fe·s d’établissement à travers tout le pays.
 
« Les écoles n’ont seulement que quelques semaines avant de fermer pour les vacances d’été », a-t-il fait remarquer. « Les enseignants et les chefs d’établissement ont besoin d’explications urgentes de la part du Ministère de l’Éducation (DfE) s’il leur faut répondre aux directives relatives à la réouverture en septembre, de manière cohérente et en toute sécurité. »
 
Le dirigeant de la NASUWT a également écrit au ministre de l’Éducation pour lui faire part de ses inquiétudes et lui a demandé que le DfE apporte des clarifications dans l’éventualité où un cas de COVID-19 serait confirmé au sein d’une école et pour s’assurer que les enseignant·te·s figurent dans la liste des personnes à tester en priorité pour la COVID-19.
 
NEU : Les éducateur·trice·s ont besoin de conseils basés sur des preuves scientifiques
 
Concernant les directives publiées par le ministère de l’Éducation le 2 juillet, dont l’objectif est de préparer à une réouverture complète à partir de septembre, Kevin Courtney, secrétaire général adjoint du National Education Union (NEU), a insisté sur le fait que « nous voulons tous et toutes un retour total de tous nos élèves à partir de septembre ; ce retour doit s’effectuer en toute sécurité, être bien planifié et tenir compte de l’intérêt des élèves à court et long terme. L’épreuve décisive pour les responsables d’établissements, les enseignants et enseignantes, les personnels de soutien ainsi que les parents reposera sur une stratégie bien conçue qui mettra de côté toutes préoccupations au sujet de la sécurité. »
 
Il a toutefois estimé que les directives publiées par le Gouvernement étaient « peu susceptibles de répondre à ces préoccupations ». Il a signalé entre autres : « Le Gouvernement doit être en mesure de convaincre les personnels scolaires qu’ils peuvent enseigner à une classe de 30 ou plus élèves dans un environnement totalement protégé de la COVID-19 - sans distanciation physique ni d’équipements de protection et souvent avec une mauvaise ventilation ».
 
Pour lui, « le Gouvernement doit, au minimum, être en mesure de montrer que la Public Health England (service de santé publique en Angleterre) ainsi que le Scientific Advisory Group for Emergencies (groupe consultatif scientifique pour les urgences) sont en accord total avec eux lorsque les directives seront mises en œuvre en septembre, que les réseaux de transmission peuvent être gérés et que le personnel vulnérable puisse être maintenu en sécurité ». Cela dépendra certainement du fait que le nombre de cas sera moins élevé en septembre qu’il ne l’est maintenant, a-t-il reconnu.
 
Il a ajouté que les directives mettaient en évidence le dépistage et le traçage, mais que les parents, les chef·fe·s d’établissement se demanderaient « où est cet outil » ? Alors que le NEU a demandé une application de dépistage et de traçage depuis le mois de mars, le Gouvernement devrait pouvoir susciter la confiance quant aux outils de surveillance, au traçage et à l’isolement comme moyens permettant d’alléger la tâche d’ici septembre, a déclaré Courtney. 
 
En outre, il a exprimé que son syndicat était préoccupé du fait que les autorités publiques n’ont pas de plan B dans l’éventualité où ces directives de fonctionnent pas et si le nombre de cas est plus élevé en septembre. Le NEU a donc établi un Plan de relance de l’éducation en 10 points, exhortant le Gouvernement à trouver des classes supplémentaires, à mobiliser des enseignant·e·s remplaçant·e·s, des enseignant·e·s débutant·e·s qui terminent leur formation, et des collègues qui ont quitté la profession.
 
Courtney a conclu en soulignant que « nous avons besoin de notions scientifiques beaucoup plus claires ainsi qu’une orientation ancrée dans la réalité pour que le retour complet de tous les élèves puisse avoir lieu. Comme toujours, le NEU est prêt à s’entretenir avec le Gouvernement afin de trouver un moyen d’avancer. »
 
Vous pouvez lire les Directives de l’Internationale de l’Éducation pour la réouverture des écoles et des établissements scolaires ici