• Accueil
  • News
  • Le Fonds pour les bourses d’études Mary Hatwood Futrell fait la différence pour des étudiant·e·s issu·e·s de milieux défavorisés

Le Fonds pour les bourses d’études Mary Hatwood Futrell fait la différence pour des étudiant·e·s issu·e·s de milieux défavorisés

Cinq bénéficiaires du Fonds de l’Internationale de l’Éducation pour les bourses d’études créé en l’honneur de Mary Hatwood Futrell, présidente fondatrice de l’Internationale de l’Éducation (1993-2004), ont pris la plume pour expliquer leurs projets et les opportunités qui leur ont été offertes après avoir obtenu leurs diplômes d’études supérieures en éducation.

Il y a plus de dix ans, Mary Hatwood Futrell et l’IE ont créé un fonds de bourses d’études pour aider les étudiant·e·s à poursuivre leurs études de niveau Master. Les bénéficiaires s’engagent à contribuer à la qualité de l’éducation dans leur propre pays et/ou au niveau international. Le programme a été organisé en coopération avec la Wits School of Education de l’Université de Witwatersrand à Johannesburg, en Afrique du Sud. 
 
Les dernier·ère·s bénéficiaires des bourses d’études ont fait part de leurs réflexions à propos de leurs projets futurs et des opportunités offertes par le programme.
 
Voici quelques-uns de leurs témoignages :
 
Pheello Vincent Makhele
 
Diplômé en mathématiques de l’Université de Rhodes, Pheello Vincent Makhele a occupé plusieurs emplois après avoir reçu son premier diplôme. Dans le cadre de son travail, il a eu l’occasion de découvrir la « conception pédagogique ». Il a donc choisi d’orienter la poursuite de ses études sur le développement de ses aptitudes et de sa compréhension pour devenir un concepteur pédagogique compétent. 
 
Il explique : « Sans l’aide financière de l’Internationale de l’Éducation, tout cela n’aurait jamais été possible. Le fonds a permis de couvrir les frais d’inscription, de scolarité et de logement. D’autre part, sans cette aide financière, mon expérience de l’apprentissage en ligne durant la pandémie de COVID-19 aurait été sérieusement compromise en raison du coût beaucoup trop élevé des données en Afrique du Sud. J’ai eu la possibilité de travailler systématiquement en ligne grâce, en partie, à l’aide financière de l’Internationale de l’Éducation. » 
 
Moosa Khumalo
 
Moosa Khumalo envisage de poursuivre ses études pour décrocher un doctorat orienté sur les programmes scolaires et plus précisément sur l’histoire de l’Afrique du Sud. Il espère ainsi pouvoir contribuer à la révision du programme d’histoire.
 
Moosa Khumalo nous confie : « Je ne trouve pas les mots pour exprimer à quel point je suis reconnaissant d’avoir pu obtenir cette bourse. Recevoir un financement, savoir que tous les frais sont payés, que je disposais d’un logement et d’un environnement propice au travail et à l’étude... Bénéficier de cette bourse m’a permis de maintenir mon équilibre mental, car durant les trois premières années j’étais déstabilisé, craignant toujours de ne pas pouvoir obtenir mon diplôme, même si je réussissais sur le plan académique. » 
 
Snethemba Hleza
 
Snethemba Hleza se spécialise dans l’éducation de la petite enfance. Elle a souhaité obtenir un diplôme de l’enseignement supérieur pour approfondir ses connaissances et son expérience dans ce domaine. 
 
Elle explique : « La bourse de l’Internationale de l’Éducation qui m’a été allouée pour financer mes études a permis de couvrir tous mes frais pour cette année. Cette aide m’a été très utile car j’ai pu décrocher mon diplôme sans devoir postposer le paiement de mes frais de scolarité. Je suis profondément reconnaissante d’avoir pu bénéficier de cette bourse car, non seulement, elle m’a apporté une aide financière, mais elle a aussi allégé le poids financier et le stress pour ma famille. »
 
Pitjeng Matlaba
 
Pitjeng Matlaba a pu se lancer dans la recherche, acquérir des connaissances, côtoyer de nouvelles idées et ainsi mieux comprendre les principaux défis liés au système éducatif sud-africain. Ces derniers sont multiples et englobent notamment « l’enseignement et l’apprentissage, la communication et la pédagogie ».
 
S’agissant de l’aide financière de l’IE, il explique : « J’avoue que les mots ne suffisent pas pour décrire les possibilités qui m’ont été offertes par cette bourse de l’IE pour étudier un Master en éducation, au travers d’un programme de cours et de la présentation d’une thèse. Je vous remercie beaucoup de m’avoir donné la possibilité d’assister aux cours des meilleurs docteurs et professeures et d’avoir pu être encadré par les spécialistes de l’enseignement des mathématiques à l’Université de Wits. »
 
Timeyo Kanyinji
 
Professeur de sciences dans une école secondaire du Malawi, Timeyo Kanyinji constate que beaucoup de ses collègues scientifiques ne mettent pas à profit les technologies de l’information et de la communication (TIC). Poursuivre ses études supérieures lui a permis d’améliorer ses compétences pour l’enseignement des sciences et d’acquérir des connaissances très utiles en matière de recherche. 
 
Timeyo Kanyinji écrit : « L’aide de l’Internationale de l’Éducation a transformé mon rêve en réalité. Alléger le poids financier de mes études m’a permis de poursuivre mon parcours universitaire sans trop me demander comment j’allais faire pour payer mes frais de scolarité. Cette générosité m’a encouragé à aider les autres et à partager avec la communauté. J’espère un jour pouvoir aider d’autres étudiants et étudiantes à atteindre leurs objectifs, comme vous l’avez fait pour moi. »