• Accueil
  • News
  • Malaisie : le syndicat appelle à ce que les enseignant·e·s reçoivent du matériel de protection en leur qualité de personnel de première ligne

Malaisie : le syndicat appelle à ce que les enseignant·e·s reçoivent du matériel de protection en leur qualité de personnel de première ligne

Le National Union of the Teaching Profession (NUTP) a exhorté les autorités publiques malaisiennes à assurer la santé et la sécurité des enseignant·e·s qui dispensent un enseignement présentiel aux étudiant·e·s passant les examens publics. Cet appel intervient après que 11 enseignant·e·s ont été infecté·e·s par la COVID-19 dans l'État oriental de Terengganu.

Alors que la pandémie se poursuit, le NUPT est également préoccupé par la présence physique des enseignant·e·s à un atelier organisé récemment. « Ce groupe d’enseignants a reçu pour instruction d’assister en mode présentiel à un atelier sur l’enseignement et l’apprentissage à distance organisé par le Bureau de l’éducation du district, alors que le pays est confronté à la pandémie de COVID-19 », a déclaré le Secrétaire général du NUTP, Harry Tan Huat Hock.
 
Dans une déclaration adressée au ministère de l'Éducation, il a demandé : « Ne sont-ils pas sensibilisés au développement actuel de la pandémie ? Les enseignants ont-ils reçu des équipements de protection individuelle (EPI) comme des masques faciaux, des blouses de protection ? Et l'atelier a-t-il été organisé conformément aux procédures opérationnelles standard en vigueur ?»
 
Les enseignant·e·s doivent recevoir des EPI
 
Il a également expliqué que les étudiant·e·s qui se présentaient aux examens nationaux de 2020 en Malaisie suivaient des cours en présentiel depuis le 20 janvier.
Le NUTP a appelé le ministère de l'Éducation à préparer des EPI pour les enseignant·e·s afin de garantir leur sécurité et leur santé « car ils sont en première ligne », a-t-il rappelé.
 
Les heures d'enseignement supplémentaires ont un impact négatif sur les enseignant·e·s et les étudiant·e·s 
 
Tan a également mis en exergue la manière dont certaines écoles avaient obligé les enseignant·e·s à travailler de 7h30 à 16h30, ce qui dépassait la durée officielle d'enseignement allant de 7h30 à 14h30. Les deux heures supplémentaires - de 14h30 à 16h30 - sont destinées aux cours supplémentaires et sont en dehors des heures officielles d'enseignement, a-t-il insisté.
 
« Il ne fait aucun doute que les heures prolongées à l'école affaibliront le moral des étudiants qui se préparent aux divers examens. Il en va de même pour les enseignants qui ont déjà travaillé dur pour la planification et l'enseignement des cours en ligne », a-t-il souligné. 
 
Le NUTP suggère que les horaires des cours en présentiel et en ligne soient synchronisés pour toutes les écoles. Cela « donnerait aux étudiants et aux enseignants leur propre espace et leur propre temps pour les activités de loisirs », a conclu Tan.