• Accueil
  • News
  • Les syndicats américains exigent le respect des droits humains et syndicaux au Bahreïn

Les syndicats américains exigent le respect des droits humains et syndicaux au Bahreïn

L’American Federation of Teachers(AFT) et d’autres organisations importantes ont exhorté la Secrétaire au Travail américaine, Hilda Solis, à rendre publiques les conclusions de son Département concernant le cas du Bahreïn et son respect des dispositions de l’Accord de libre-échange qu’il a conclu avec les Etats-Unis. L’initiative de l’AFT, l’un des affiliés de l’IE aux Etats-Unis, a été soutenue par la Confédération syndicale américaine, l’AFL-CIO, Human Rights Watchet d’autres organisations militantes.

 

Dans une lettre adressée à la Secrétaire au Travail, ces organisations ont indiqué : « Nous nous adressons à vous en tant qu’organisations fermement engagées aux côtés des Bahreïnis qui luttent pour faire progresser la démocratie et les droits humains dans leur pays. Nos préoccupations principales concernent les rapports de violations des droits fondamentaux des syndicalistes bahreïnis, des employé(e)s du secteur des soins de santé et des enseignant(e)s. A cet égard, l’Organisation internationale du Travail et la Commission d’enquête indépendante du Bahrein ont demandé de prendre des mesures immédiates pour mettre un terme à ces violations.

Notre intervention est essentiellement motivée par le fait que, suite à une plainte introduite par l’AFL-CIO, le Département du Travail a décidé d’examiner officiellement le cas du Bahreïn afin de déterminer s’il respecte ses obligations concernant les droits des travailleurs/euses, en vertu de l’Accord de libre-échange conclu avec les Etats-Unis. »

Les Etats-Unis tirent la sonnette d’alarme

Toutefois, plus d’un an après l’acceptation officielle de la plainte relative à l’Accord de libre-échange, le Département du Travail n’a toujours pas transmis les conclusions de son enquête menée dans ce cadre ni son projet de rapport à un comité interinstitutions.

La lettre souligne que : « La montée de la violence et de graves violations des droits humains et syndicaux se poursuivent au Bahreïn. Cette absence de progrès risque de démontrer à la société civile et aux autorités du Bahreïn que le gouvernement américain ne se soucie guère de la promotion des droits humains et syndicaux dans ce pays. »

Les organisations demandent que le gouvernement des Etats-Unis publie immédiatement ses conclusions. Le gouvernement doit réaffirmer son adhésion aux principes universels des droits humains et syndicaux ainsi que les obligations en matière de respect des droits fondamentaux des travailleurs/euses, auxquelles sont soumis les deux pays en vertu de l’Accord de libre-échange bilatéral.

Préoccupations de l’IE

L’IE surveille étroitement la situation des droits humains et syndicaux au Barheïn et exprime sa solidarité aux travailleurs/euses de ce pays.

Elle se montre particulièrement inquiète face à la situation du Président de la Bahraini Teachers Association (BTA), Mahdi Abu Dheeb, emprisonné depuis plus d’un an dans des conditions inacceptables.

Les derniers rapports sur sa détention sont alarmants : les conditions sanitaires et alimentaires sont déplorables, et l’état de santé d’Abu Dheeb se détériore rapidement.

Il a également été victime de mauvais traitements et se voit notamment refuser tout traitement pour son diabète ainsi que le droit de consulter un ophtalmologue. Il n’a pas le droit non plus de suivre une physiothérapie ou tout autre traitement médical prescrit par les médecins. En outre, durant le mois de Ramadan, Abu Dheeb n’a pas été autorisé à recevoir de la nourriture de sa famille.

Sa dernière comparution devant le tribunal dans le cadre de sa défense est prévue le 9 septembre prochain.

Pour un procès équitable

L’IE demande une nouvelle fois aux autorités nationales de garantir qu’Abu Dheeb bénéficie d’un procès équitable, reçoive un traitement médical approprié et soit libéré. L’IE demande à ses affiliés d’insister auprès de leurs ambassades nationales au Barheïn afin qu’elles envoient un représentant pour assister au procès de Madhi.

L’intégralité de la lettre (en anglais) adressée par les organisations américaines à la Secrétaire au Travail, Hilda Solis, est disponible ici.

Partagez cette page