Ei-iE

Schooling the Poor Profitably - the Innovations and Deprivations of BIA in Uganda

Publié 27 octobre 2016 Mis à jour 24 avril 2018

Cette étude analyse les activités de Bridge International Academies en Ouganda, où 63 établissements scolaires à vocation commerciale ont été créés depuis février 2015, accueillant environ 12 000 client(e)s qui paient leur inscription.

Elle révèle que l’approche éducative de cette entreprise, mue par le profit et la réduction des coûts, standardisée et reposant sur l’utilisation d’Internet, présente un certain nombre de lacunes fondamentales :

(1) Non-respect des normes juridiques et éducatives établies par le gouvernement ougandais en ce qui concerne le recours à des enseignant(e)s diplômé(e)s, les programmes standardisés, les méthodes d’enseignement appropriées, les installations scolaires adéquates et la certification des établissements scolaires, ce qui compromet l’intégrité et la souveraineté du système éducatif en Ouganda ;

(2) Automatisation et mécanisation strictes de tous les programmes et de la pédagogie, à savoir la lecture à voix haute d’instructions préformatées par des enseignant(e)s généralement non diplômé(e)s et sous-payé(e)s à partir de leur tablette (les « ordinateurs des enseignant(e)s »), ce qui entrave les relations entre enseignant(e)s et élèves nécessaires à l’apprentissage et au développement de l’enfant ; et

(3) Incapacité à fournir une éducation abordable et de qualité à toutes et tous, malgré les allégations de l’entreprise. Ainsi, cette étude de cas met en garde les décideurs politiques, les administrateurs/trices, les investisseurs, les enseignant(e)s, les parents, la société civile et la communauté internationale dans son ensemble, afin de les sensibiliser aux risques posés par l’émergence de nouveaux acteurs commerciaux au niveau mondial, dont l’objectif consiste à éduquer les plus démuni(e)s, mais de manière rentable.