Education pour tous

Introduction Haut de page

L’un des principes fondateurs de l’Internationale de l’Education est la promotion d’une éducation publique gratuite de qualité pour tous. L’éducation est un droit humain fondamental. Il est du devoir de tous les gouvernements d’offrir une éducation publique gratuite de qualité à tous ses citoyens. L’Internationale de l’Education considère également que l’alphabétisation est la pierre angulaire de toute société viable, et la solution pour briser le cycle de la pauvreté et enrayer la propagation du VIH/sida.

Au-delà de la Birmanie : Leçons d’espoir pour les enfants réfugiés

Au-delà de la Birmanie est la deuxième production réalisée par le biais de la nouvelle initiative de l’IE appelée Vidéo pour les éducateurs syndicalistes (VUE). Le projet VUE, avec le concours de la NEA Foundation, produit de courts documentaires sur des thèmes se rapportant à la réalisation de l’Education pour tous et des principaux objectifs de l’IE.

Cette vidéo raconte la vie au sein d'une remarquable école pour les réfugiés birmans dans la ville frontalière thaïlandaises de Mae Sot. Ensemble, les enseignants et les élèves ont trouvés une voie vers l'éducation qui éloigne de la guerre et de la répression.

Politique Haut de page

Lors de ses congrès mondiaux, l’IE a adopté les résolutions suivantes sur son rôle et sa position dans le cadre de la promotion d’une éducation publique gratuite de qualité pour tous: «Campagne mondiale de défense et de promotion de l’éducation publique» (1998), «Education pour tous et combat contre l’analphabétisme» (1998), «Enseigner dans un contexte d’économie globale» (2001), «Partenariats pour réaliser l'éducation pour tous» (2001), «Education pour le progrès mondial» (2004), «Education – Service public ou marchandise?» (2004), «Le droit d’enseigner : le droit d’apprendre» (2004), «Combattre la mauvaise administration et la corruption dans l’éducation» (2004), «Promouvoir une éducation de qualité» (2004), «Implication de la communauté dans l’éducation» (2004), «Technologies de l'information et de la communication» (2004).

La politique de l’Internationale de l’Education établit clairement que l’éducation est un droit humain fondamental, ainsi qu’il est affirmé dans la Déclaration universelle des Droits de l’Homme et dans la Convention Internationale des droits de l'enfant. De plus, il s’agit d’un investissement crucial pour un meilleur avenir de toutes les économies mondiales, qui a des implications sur la profession d’enseignant et sur la qualité de celle-ci. En effet, les enseignants sont reconnus comme étant des vecteurs essentiels au processus de l’Education pour tous (EPT).

Deux obstacles majeurs gênent l’accès à l’éducation. Le premier est l’inégalité des sexes, avec un taux mondial d’analphabétisme bien plus élevé chez les femmes que chez les hommes. Le deuxième est la pandémie du VIH/SIDA. Le secteur de l’éducation des pays au taux d’analphabétisme élevé est à présent décimé par la maladie.

L’éducation de base gratuite de qualité doit devenir obligatoire, car il faut disposer d'une compétence de lecture suffisante pour pouvoir participer pleinement à la société. L’éducation de base gratuite de qualité relève de la responsabilité des gouvernements. Toute politique économique qui privatise et qui réduit l’investissement public dans le secteur de l’éducation marginalise les enfants et les adultes vivant dans la pauvreté, tout en diminuant la qualité de l’éducation publique.

La Déclaration de Dakar, exigeant l’Education pour tous (EPT) d’ici à 2015 suppose un grand effort mondial conjuguant les forces de tous les gouvernements, de la société civile, y compris des organisations non gouvernementales (ONG) et des syndicats de l'enseignement, ainsi que des agences intergouvernementales y compris les Nations Unies et ses agences et programmes spécialisés. Les gouvernements devraient mettre en œuvre la recommandation de la Commission Delors, et allouer au minimum 6% de leur PIB au secteur de l’éducation; un niveau d’investissement qui, pour l’heure, n’est pas atteint par les deux tiers des gouvernements.

Pour l'IE, à problèmes mondiaux, solutions mondiales. Plusieurs mesures visant à réaliser l'éducation pour tous doivent être mises en place à l’échelle mondiale: la proposition du sommet du G8 d’annuler la dette officielle des pays les moins développés, ce qui leur permettrait d’allouer les ressources ainsi économisées aux secteurs de l’éducation et de la santé ; que tous les états membres des Nations Unies allouent 0,7% de leur PIB à l’aide au développement ; les politiques d’ajustement structurel de la Banque Mondiale et du FMI qui mettent en danger l’existence de l’enseignement public doivent être réformées, et finalement, il est essentiel que les plans d’action nationaux en vue de réaliser l’éducation pour tous soient conçus et mis en œuvre en partenariat avec la société civile, y compris les ONG et les syndicats de l'enseignement.

Activités Haut de page

A l’aube du nouveau millénaire, l’Internationale de l’Education et sa large fédération de syndicats enseignants et d’organisations non gouvernementales de développement ont conjugué leurs forces pour lancer la Campagne mondiale pour l’éducation (CME). L’alliance représente des organisations actives dans 180 pays, dont l’Internationale de l’Education, Oxfam International, Action Aid, la Marche Mondiale contre l'exploitation des enfants, ainsi que des dizaines de fédérations régionales et nationales d’ONG oeuvrant dans les pays en développement. Ensemble, ils font pression pour parvenir à l’Education Pour Tous (EPT) d’ici à 2015, en consultation avec les parties prenantes: les syndicats enseignants et les organisations de la société civile.

Au mois d’avril de chaque année, de concert avec ses partenaires de la CME, l’IE organise une Semaine mondiale d’action et mobilise ses organisations affiliées dans le monde entier pour inciter la classe politique et les gouvernements à tenir la promesse faite à Dakar, au Sénégal, de donner une éducation à tous les enfants d’ici à 2015.

Pour plus d’informations, visitez le lien: www.ei-ie.org/globalactionweek/fr

L’IE fait partie du comité de rédaction du Rapport mondial de suivi sur l’EPT de l’UNESCO, une publication qui offre une évaluation annuelle du processus de l’EPT, et fait partie du Groupe de haut niveau de l'UNESCO sur l'EPT. En 2003, l’IE a lancé une campagne Europe pour l’éducation qui a permis l’adoption d’une résolution par le Parlement européen portant sur l’accroissement de la coopération au développement en matière de programmes éducatifs. Entre autres activités, l’IE collabore en partenariat avec la Banque Mondiale au sujet de sa Procédure accélérée sur l'EPT  et de son impact sur le salaire des enseignants, ainsi que stipulé dans son cadre indicatif. L’IE réfléchit également au problème de la pénurie d’enseignants pour atteindre l’EPT d’ici à 2015 en organisant des conférences sur les enseignants ne faisant pas partie du service public. Pour l’heure, l’IE poursuit ses programmes EPT dans 15 pays, où elle travaille avec ses affiliées et les aide à construire au niveau de leur pays la capacité en matière de développement de politiques nationales d’EPT.

Veuillez nous contacter pour tout complément d’information.

Documentation Haut de page

Publications:

Liens Haut de page

Partenaires

Recherchez des membres de l'IE dans:

Les dernières brèves sur ce sujet

Voir toutes les brèves

Résolutions et documents

Voir toutes les politiques