• Accueil
  • News
  • Journée mondiale pour le travail décent 2010

Journée mondiale pour le travail décent 2010

Le 7 Octobre, les syndicats du monde entier se mobilisent pour lutter contre la récession mondiale et la crise de l’emploi et exiger des réformes fondamentales de l’économie mondiale.

Les organisateurs de plus de 285 activités ont déjà publié des informations relatives à leurs actions sur le site Internet qui y est consacré.

Les actions de cette année seront centrées sur trois revendications principales en vue d’une reprise économique :

  • La croissance et des emplois décents, et non l’austérité, sont essentiels pour combattre la crise et y mettre un terme.
  • Des services publics de qualité sont indispensables à une vie décente et ne doivent pas être sacrifiés au nom de la consolidation fiscale.
  • Le secteur financier doit payer pour les dégâts qu’il a causés.

Parmi les manifestations du 7 octobre figurent environ 50 actions au Japon ; des marches, des conférences et des rencontres de jeunes dans plusieurs pays d’Afrique, ainsi que des réunions et des mobilisations dans toute la Russie et l’Ukraine. Parmi les actions organisées en Amérique latine, certaines initiatives prises par des syndicats du Pérou et du Chili ont pour objectif d’obtenir la reconnaissance officielle par le gouvernement de la Journée mondiale pour le travail décent. Ces événements font suite à des manifestations de masse en Europe la semaine dernière, à une importante marche aux États-Unis impliquant les syndicats, les associations de la société civile et de défense des droits de l’homme le 2 octobre ainsi qu’à des actions menées par des syndicats de l’éducation dans le monde entier le 5 octobre, date de la Journée mondiale des enseignants.

Alors que les jeunes travailleurs sont particulièrement touchés par la crise des marchés du travail et que des suppressions de postes dans l’éducation et le domaine de la formation sont envisagées, des syndicats de jeunes employés seront en tête de nombreux défilés, notamment en ayant recours aux "flash mobs" et aux réseaux sociaux afin d’apposer leur propre signature sur les projets de reprise économique proposés par les syndicats. De même, des réseaux syndicalistes de femmes attireront l’attention sur la tendance dans le monde à la précarisation, aux contrats à durée déterminée et aux missions temporaires qui compromettent gravement la qualité de vie des femmes à travers le monde.

« Cette troisième édition annuelle de la Journée mondiale pour le travail décent est l’aboutissement de 10 jours de mobilisation syndicale sur tous les continents du globe. Elle contribuera à augmenter la pression exercée sur les gouvernements pour qu’ils mettent en place des solutions positives face à la crise, plutôt que de faire de simples coupes budgétaires dans le but de satisfaire les marchés de l’argent. De bons emplois et une bonne protection sociale sont nécessaires pour remettre les gens au travail, soutenir les familles dans leur moment les plus difficiles et jeter les bases d’une croissance durable capable d’assainir les finances du gouvernement. », a déclaré Sharan Burrow, Secrétaire générale de la Confédération syndicale internationale, qui participe aujourd’hui, avec le Président de la CSI Michael Sommer, à une conférence organisée par la DGB allemande sur le thème de la crise financière. Voir le discours de Sharan Burrow (en anglais) à cette conférence

Message vidéo de Sharan Burrow

Partagez cette page