Ei-iE

« Les enseignants sont les sans-culottes de la révolution de l'éducation »

Publié 23 février 2011 Mis à jour 23 février 2011

Le Secrétaire général de l'IE, Fred van Leeuwen, a rappelé à un parterre de 200 militants lors de l'Assemblée générale de la CME que « les ressources à investir dans l'éducation et dans l'avenir de nos enfants et de nos jeunes existent bel et bien, mais que seule une volonté politique pourra les libérer! »

Dans son discours à la Campagne Mondiale pour l'Education (CME)(en anglais) – dont l'IE est l'un des membres fondateurs – Van Leeuwen a déclaré: « N'imaginez pas un seul instant que la révolution émanant des profondeurs du désespoir de nos jeunes se limite à une région particulière du globe. Elle est là, dans tous les pays en développement. Elle est là, dans les économies émergentes, dans les pays industrialisés, et elle est bien ici, en France, où la réalité est telle que les enseignants sont devenus les sans-culottes de la révolution de l'éducation. »

Et de poursuivre: « En décembre, lors de sa consultation sur les priorités du prochain G20, nous avons dit au Président Sarkozy que les millions de jeunes qui ne sont ni à l'école, ni en formation, ni dans le monde du travail, représentent une véritable bombe à retardement pour les pays du G20, et pour tous les pays ».

« Le véritable contexte dans lequel nous devons discuter de la sécurisation des ressources pour une éducation universelle, de qualité et publique est bien là et non dans le fait de savoir si nous pouvons ou non sécuriser les ressources. Les gouvernements du monde entier doivent mobiliser les ressources, comme ils l'ont fait pour renflouer le système financier il y a deux ans. La Tunisie et l'Egypte aujourd'hui, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis demain, si les ressources nécessaires ne sont pas libérées pour que les jeunes aient dans leur vie un objectif. »

L'ancien Premier ministre britannique, Gordon Brown, participait également à cet événement qui s'est tenu à Paris, en France, du 22 au 27 février. Il a demandé aux dirigeants du monde entier d'investir dans l'éducation, en précisant qu'il s'agissant d'un « élément clé » pour aider à la reprise de l'économie mondiale.

Il a ajouté: « Nous sommes unis aujourd'hui non seulement dans notre demande d'une éducation pour tous, mais aussi dans notre certitude que seule sa réalisation pourra mettre fin à la crise économique mondiale et assurer un avenir fait d'emploi et de justice. Aucun investissement n'est plus précieux que celui dans la vie d'un enfant. »

Kailash Satyarthi, Président de la CME, a déclaré: « Cette réunion est la plus importante de l'histoire de la campagne. Il reste énormément de travail à accomplir pour améliorer les normes mondiales. Cette réunion va renforcer la CME, composée de plus de 100 organisations de pus de 100 pays, dans sa lutte vers une avancée significative pour les années à venir. »

Dominique Thys, Président de Solidarité Laïque, a quant à lui expliqué: « Pour aborder le problème de la qualité de l'éducation et de la qualité du système d'éducation, il faut veiller à ne pas occulter ce dernier. Comment ne pas être révolté de voir que 72 millions de jeunes ne sont pas scolarisés et que 780 millions d'adultes sont toujours illettrés, alors que le monde n'a jamais été aussi riche ! »