Ei-iE

L’Assemblée Générale de la CME élit un nouveau conseil d’administration

Publié 4 mars 2011 Mis à jour 5 avril 2011

Le nouveau conseil d’administration de la Campagne Mondiale pour l’Education (CME) a été élu lors de la 4ème Assemblée Générale de la CME tenue les 23-24 février à Paris ; il est chargé d’impulser le mouvement pour les trois années à venir.

Le conseil et ses quatorze membres seront présidés par Camilla Croso, Coordinatrice de la Campagne d’Amérique latine pour le droit à l’éducation (CLADE), qui succède ainsi à Kailash Satyarthi de la Marche mondiale contre le travail des enfants. Satyarthi ne s’est pas représenté à la fonction de Président, mais conserve sa place de membre du conseil.

Monique Fouilhoux, Secrétaire générale adjointe de l’IE, a été élue à la direction. L’un de ses rôles premiers consistera à superviser les fonctions du Secrétariat de la CME. Jennifer Chiwela, présidente du Réseau africain pour la campagne en faveur de l’Education pour tous (ANCEFA) et Maria Khan, secrétaire générale du Bureau Asie-Pacifique Sud pour l’éducation des adultes (ASPBAE), ont respectivement été élues vice-présidente et directrice adjointe. Assibi Napoe, coordinatrice régionale en chef du bureau régional de l’Internationale de l’Education en Afrique, représente également l’IE au sein du conseil.

L’Assemblée Générale a adopté un certain nombre de résolutions affirmant le droit de tout enfant, jeune et adulte à bénéficier d’une éducation de qualité. L’Assemblée a souligné la nécessité de voir les pouvoirs publics investir dans l’éducation de la petite enfance (EPE), s’engager en faveur de l’éducation des filles et des femmes, protéger les écoles, les enseignants et les élèves face aux attaques et appuyer la motion de l’IE qui demande aux  gouvernements d’investir dans les enseignants, dans leur formation ainsi que dans les conditions dans lesquelles ils exercent leur profession.

En présentant la motion, le membre du Bureau exécutif de l’IE Abdelaziz Mountassir a déclaré que les éducateurs jouent un rôle déterminant pour la qualité de l’éducation, en dépit de la faiblesse de leur rémunération dans un trop grand nombre de pays. Il a souligné : « Les gouvernements et les autorités en charge de l’éducation doivent faire le nécessaire pour améliorer la rémunération des enseignants et engager les organisations d’enseignants au travers des processus de dialogue social et de négociation collective ».

L’Assemblée a également mis en exergue le besoin de renforcer la CME et adopter une résolution afin d’établir une commission de révision constitutionnelle. Celle-ci devrait réviser la Constitution de la CME sur un plan holistique, recevoir les propositions de ses membres et proposer des amendements en vue d’une éventuelle adoption lors de la prochaine Assemblée Générale en 2014.

Pour de plus amples informations sur le nouveau conseil d’administration de la CME et l’Assemblée mondiale, merci de cliquer ici.