Ei-iE

Nigéria: le syndicat de l'éducation s'oppose au test de compétences pour les enseignant(e)s

Publié 25 mars 2014 Mis à jour 28 mars 2014

Le Président national du Nigeria Union of Teachers (NUT) affilié à l'IE, Michael Olukoya, a critiqué le test de compétences pour les enseignant(e)s introduit dans l'Etat d'Edo comme étant un système destiné « à éliminer des enseignants ».

« Pour le moment, la compétence d'un travailleur est déterminée au moment où il est employé » a déclaré Olukoya le 3 mars, à la branche du NUT de l'Etat de Lagos. « Il faut souligner que l'enseignement est un secteur de services et non une industrie productive comme les brasseries ou le secteur textile, où les produits passent des tests de contrôle de la qualité pour pouvoir être commercialisés. »

Selon Olukoya, dans l'enseignement comme dans les autres secteurs des services, la compétence est comportementale et non mécanique.

Dans l'enseignement, alimentée par la science, les principes et le travail des enseignant(e)s, la compétence des enseignant(e)s revêt des dimensions très nombreuses, y compris la connaissance de la matière enseignée, a-t-il déclaré. « La connaissance du sujet doit s'inscrire dans le cadre d'une une méthodologie appropriée, de la gestion de la classe et de son contrôle », a poursuivi Olukoya. « Un enseignant doit comprendre la psychologie de ses élèves ou de ses étudiantes et étudiants, y compris le cadre familial, les différences individuelles et le quotient intellectuel pour déterminer quels sont les enfants doués et ceux qui présentent un handicap. »

Il a mis en doute le nombre de compétences testées dans l'Etat d'Edo, compte tenu des nombreuses compétences qu'il faut associer pour rendre un enseignement efficace. Si toutes ces compétences doivent être testées, combien d'heures faudra-t-il pour l'examen? a demandé Olukoya.

Il a poursuivi en indiquant que le 4 décembre 2013, une lettre avait été communiquée à la branche du NUT pour l'Etat d'Edo, sous le titre, « Test de compétences pour les enseignants de l'Etat d'Edo ». Selon la lettre, signée par le commissaire pour l'enseignement primaire de l'Etat, Agunede Patrick, le test entendait « permettre au gouvernement de déterminer le niveau de compétence des enseignants dans le but essentiel d'améliorer leurs capacités ».

Dans sa réponse, Olukoya a déclaré que la branche de la NUT pour l'Etat d'Edo estimait qu'un tel test d'aptitude ne constituait pas le meilleur outil de détermination de la compétence, et pourrait éventuellement amener à ce que certains enseignant(e)s abandonnent le métier.

Un meilleur outil: un système d'inspection efficace

Le syndicat, a indiqué Olukoya, a recommandé une action orientée sur « le comportement grâce au renforcement de l'organe de supervision de l'éducation: l'inspection. Nous estimons d'un point de vue professionnel, a-t-il déclaré, que la compétence de l'enseignant peut uniquement être déterminée sur le plan comportemental grâce à un système d'inspection efficace, et non par un test d'aptitude ».

Olukoya a ajouté que le NUT était prêt à soumettre ses enseignant(e)s à un test de compétences professionnelles institué par un organe légalement constitué, mais non à faire l'objet d'un « licenciement politique par le gouvernement de l'Etat d'Edo ».

Le syndicat a également appelé le gouvernement de l'Etat à réintégrer les 226 enseignant(e)s licencié(e)s en raison de leur âge. « De tels licenciements sont contraire à l'équité et à la justice », a déclaré Olukoya.

En outre, le NUT a réitéré sa demande auprès du gouverneur pour le paiement de tous les arriérés de la prime spéciale des enseignants de 27,5 pour cent, ainsi que des arriérés de promotion dus aux enseignant(e)s de l'Etat d'Edo.

Il a souligné l'importance des écoles comme facteur essentiel du développement humain et national et comme semence de civilisation humaine. L'école doit être traitée avec l'honneur qu'elle mérite, et l'existence des enseignant(e)s comme des élèves doit également être considérée avec l'honneur et le respect qu'elle mérite, a affirmé Olukoya.

Les pouvoirs publics doivent garantir l'accès à des enseignants de qualité

« Nous soutenons nos affiliés nigérians dans leur combat pour obtenir des conditions de travail et de vie décentes », a déclaré le secrétaire général de l'IE, Fred van Leeuwen. « Le Gouvernement de l'Etat d'Edo doit mener une concertation avec les représentantes et représentants des éducatrices et éducateurs pour assurer une évaluation et une formation adéquates des enseignantes et enseignants, payer les montants qui sont toujours dus aux enseignantes et enseignants et consacrer à l'éducation et aux écoles un financement public approprié. C'est la clé pour garantir que tous les enfants du Nigéria aient accès à des enseignantes et enseignants de qualité et à des environnements et des outils d'enseignement et d'apprentissage de qualité. »