Ei-iE

Le monde académique exprime son inquiétude vis-à-vis de PISA

Publié 8 mai 2014 Mis à jour 21 mai 2014

Près de 100 universitaires ont adressé une lettre au Directeur de l’éducation et des compétences de l’OCDE, Andreas Schleicher, dans laquelle ils expriment leur inquiétude au sujet de ce qu’ils pensent être les « conséquences négatives des classements PISA » et, notamment, « l’escalade » dans les « tests normalisés » et l’accent mis sur « un éventail restreint d’aspects mesurables de l’éducation ».

Selon eux, ces développements sont « contraires aux principes largement admis de bonne pratique éducative », « aucune réforme d’envergure ne devrait s’appuyer sur une mesure étroite de l’égalité » et l’OCDE devrait « publier les coûts directs et indirects de l’administration de l’enquête PISA ». Dans un article paru dans le quotidien The Guardian, qui résume les arguments du monde académique, Schleicher répond en disant que « PISA, loin d’appauvrir l’éducation, l’enrichit parce que cette enquête favorise l’émergence d’idées du monde entier » et que, grâce à PISA, « la Pologne et l’Allemagne ont modifié la pratique du groupement par section selon les aptitudes dans leurs écoles secondaires ».

L’article et la lettre peuvent être consultés en suivant le lien Tests scolaires mondiaux pointés du doigt et OCDE accusée de tuer « la joie d’apprendre »

La réponse de l’OCDE à la lettre peut être consultée ici.