Ei-iE

G-CAP 2005: les leaders mondiaux doivent agir

Publié 19 mai 2005 Mis à jour 19 mai 2005

L’éducation est au cœur d’une mobilisation mondiale demandant aux responsables d'agir pour mettre fin à la pauvreté.

Journées du bandeau blanc:

Le 1er juillet pour le Sommet du G8 en Ecosse Le 10 septembre pour le Sommet de l’ONU à NY Les 13-18 décembre pour les discussions de l’OMC à Hong Kong Des dirigeants du monde entier ont adopté en 2000 huit objectifs destinés à réduire la pauvreté de moitié d’ici 2015. Il s'agit des Objectifs de développement du millénaire (ODM). Moyennant argent, coopération et engagement, le défi était jouable. Malheureusement, les pays riches ont manqué des trois. La progression vers ces objectifs est lente, et le fossé entre pays riches et pauvres est plus large que jamais. Mais un rapport récent des Nations Unies confirme qu’il est toujours possible d’atteindre les ODM si les pays riches prennent leurs engagements au sérieux.

Le sommet du G8

Lors du sommet du G8, le Premier ministre du pays hôte, la Grande-Bretagne, encouragera les leaders des autres grandes puissances à prendre des mesures pour financer les huit ODM , dont l’Education Pour Tous et l’Equité entre les sexes, avec une attention particulière pour l’Afrique. Quant à la société civile, des centaines d’organisations du monde entier, y compris les syndicats mondiaux, vont mobiliser des millions de personnes grâce à l’Action mondiale contre la pauvreté, le G-CAP 2005 (www.makepovertyhistory.org).

En Grande-Bretagne, tous les syndicats enseignants du British Irish Group ont demandé à leurs membres de se rendre en masse à Edimbourg le 2 juillet pour y représenter les enseignants du monde entier en portant un bandeau blanc – le symbole de G-CAP 2005 – qui demande la justice, l’annulation de la dette et une aide plus importante et de meilleure qualité pour les pays en développement.

Evaluation des ODM

Vous avez déjà pu lire dans notre magazine que l'objectif d'égalité entre les sexes pour 2005 a été atteint dans certains pays mais que trop de pays accusent du retard dans leur programme d’Education Pour Tous. Par conséquent, il est nécessaire que d’ici au Sommet de l’ONU en septembre 2005, il y ait une décision claire de financer l’EPT et une volonté politique ferme d'atteindre les ODM (voir www.campaignforeducation.org).

Quant à la question de la dette, en février, les ministres des Finances du G7 (le G8 sans la Russie – voir encadré) ont annoncé qu’ils annuleraient celle des pays les plus pauvres, mais deux pays (le Japon et les USA) n’ont toujours pas pris de mesures en ce sens.

De l'aide et du commerce équitable

L’année dernière, les présidents d’Espagne, du Brésil, de France et du Chili ont appelé à la création d’un Fonds mondial contre la faim et la pauvreté et commandité une étude sur des financements innovateurs. La Grande Bretagne, soutenue par la France et le Canada, a proposé un mécanisme financier international et une taxe sur les échanges commerciaux internationaux (la taxe Tobin). Mais lors de la réunion Banque mondiale/ FMI en avril, aucun accord n’a été obtenu. De plus, seuls quelques pays ont atteint l’objectif de 0,7% du PNB pour l’aide publique au développement.

Il est également fondamental que le commerce international soit équitable. L’Organisation mondiale du commerce se réunira en décembre à Hong Kong, et l’IE y sera avec les Global Unions.

Toutes les problématiques ci-dessus ont fait l’objet de discussions au Bureau exécutif de l’IE d’avril. Depuis cinq ans, la Campagne mondiale pour l’éducation change les perceptions partout dans le monde, et les leaders politiques reconnaissent maintenant qu’il faut agir.

Mais trop de propositions sont sur la table, et les décideurs ne parviennent pas à se mettre d’accord sur celles à soutenir. Certaines puissances économiques continuent à traîner les pieds et à servir leurs propres intérêts avant tout. De plus, une opposition idéologique dans certains pays refuse toute aide officielle ou multilatérale contre la pauvreté. La volonté politique restera donc le facteur déterminant.

Les événements de 2005 présentent à la fois l’opportunité pour les leaders de prendre des décisions concrètes, et le risque de ne pouvoir se mettre d’accord ni de se décider, et de parler beaucoup mais agir peu. Vous pouvez faire la différence. Participez à la mobilisation dans votre pays!

Liens utiles:

G8: www.g8.gov.uk Global Campaign for Education: www.campaignforeducation.org Make Poverty History: www.makepovertyhistory.org Objectifs de développement du millénaire: www.un.org/millenniumgoals Trade Union Advisory Committee: www.tuac.org Journées du bandeau blanc: www.whiteband.org Organisation mondiale du commerce: www.wto.org