Ei-iE

Pauline Rose: Les chefs d'entreprises présents au Forum économique mondial doivent accroître le financement en faveur de l'éducation

Publié 23 janvier 2013 Mis à jour 25 janvier 2013

Alors que les dirigeants politiques et les chefs d'entreprises se rassemblent une nouvelle fois à Davos pour le Forum économique mondial, un nouveau document politique a été émis dans le cadre du Rapport mondial de suivi de l'Education pour Tous, indiquant que les contributions émanant des entreprises et des fondations privées s'élèvent ensemble à seulement 683 millions de dollars par an, soit l'équivalent d'à peine 5% des fonds que les donateurs consacrent à l'éducation. Et alors que les donateurs soutiennent de manière accrue les plans gouvernementaux pour l'éducation, les contributions du secteur privé reflètent souvent les intérêts commerciaux, plutôt que les besoins éducatifs des pays les plus pauvres.

Pour situer les contributions du secteur privé à l'éducation, 683 millions USD équivalent à peine à 0,1% du chiffre d'affaires des deux plus grandes compagnies de pétrole du monde, au coût de deux Airbus A380, ou encore, au montant que les Américains dépensent pour acheter des pizzas en un peu plus d'une semaine. C'est également un petit montant comparé aux 16 milliards USD nécessaires annuellement pour garantir que chaque enfant fréquente l'école primaire.

Pourquoi le secteur privé ne donne-t-il pas plus à l'éducation, étant donné qu'il est le premier à bénéficier d'une main-d'œuvre qualifiée? Certains affirment que c'est parce qu'il n'est pas intéressé à donner aux secteurs sociaux. Mais ce n'est pas vrai. Il finance la santé bien plus que l'éducation. Environ 53% des subventions émises par des fondations sont alloués à la santé, comparé à seulement 8% à l'éducation.

D'autres suggèrent que le secteur privé, en particulier les sociétés pharmaceutiques, a bien plus de raisons d'être intéressé par la santé. Mais ce ne peut être la seule raison. La santé a bénéficié du soutien de champions mondiaux des affaires, tels que Bill Gates, qui ont souligné l'importance vitale d'assurer que chaque enfant soit vacciné, par exemple. Mais il n'y a pas de chefs d'entreprises de la même stature pour mettre l'accent sur la nécessité de scolariser 61 millions d'enfants qui ne vont pas à l'école.

Non seulement 683 millions USD est une petite somme d'argent, mais un petit nombre de sociétés contribuent à la majeure partie de ce montant. Il y a clairement de la place pour que d'autres sociétés participent. Seulement cinq sociétés donnent plus de 10 millions USD chacune par an - Banco Santander, Cisco, Intel, Coca Cola et Exxon. Ces cinq sociétés fournissent plus de la moitié de la somme totale allouée par les fondations privées et les entreprises ensemble.

Les fondations privées sont plus susceptibles d'allouer des fonds d'une façon qui soit plus étroitement alignée sur la position des donateurs soutenant les gouvernements nationaux. Et pourtant leurs contributions équivalent à peine à un cinquième des contributions globales du secteur privé. Parmi les fondations faisant état de leur financement, seulement cinq allouent plus de 5 millions USD par an - Open Society, MasterCard, William and Flora Hewlett, Ford et Carnegie Corporation of New York. Leurs contributions sont importantes mais faibles. Elles sont comparables au montant d'aide à l'éducation alloué par certains des plus petits donateurs gouvernementaux, tels que le Luxembourg et la Nouvelle-Zélande.

Il y a quelques raisons d'être optimiste. Il y a moins de six mois, l' Initiative « L'éducation avant tout » a été lancée par le Secrétaire général de l’ONU, Ban ki-Moon, lors de l'Assemblée générale des Nations Unies. La plateforme de l'Initiative incluait des personnalités et politiques de haut niveau, tels que Gordon Brown, l'Envoyé spécial des Nations Unies pour l'éducation mondiale, Sa Majesté la Reine Rania Al-Abdullah du Royaume hachémite de Jordanie, Mme Aung San Suu Kyi du Myanmar, Mme Julia Gillard, Premier ministre australien, Mme Helle Thorning-Schmidt, Premier ministre du Danemark, M. Jim Yong Kim, Président de la Banque mondiale, parmi d'autres. Ceci, combiné à la dure réalité des statistiques du Rapport mondial de suivi sur l'EPT émises pour le lancement, indiquant que 250 millions d'enfants n'apprennent pas les rudiments scolaires, a suffi à encourager le secteur privé à se mobiliser pour l'éducation. Des promesses d'assistance de plus de 1,5 millard USD ont été émises par des sociétés et fondations. Western Union, à elle seule, s'est engagée à faire le don d'un millard de dollars pour l'éducation au plan mondial, ce qui équivaut à 10.000 USD par jour de subventions pour 1 million de journées d'école.

Davos est la réunion par excellence des chefs d'entreprises influents, qui ont le potentiel d'accélérer le progrès en vue de faire de l'Education pour Tous une réalité à l'horizon 2015. J'espère sincèrement que les messages de notre document politique leur parviendront par le biais des plateformes et des événements parallèles auxquels ils participeront. Avec leur soutien, l'éducation a le potentiel de briser le cycle de la pauvreté de millions de ménages de par le monde. Il y a de fortes chances que cela se produise cette année. Il est probable que trois fervents défenseurs de l'éducation soient à Davos: Irina Bokova, la Directrice générale de l'UNESCO, Gordon Brown, l'Envoyé spécial des Nations Unies pour l'éducation mondiale et Sa Majesté la Reine Rania Al-Abdullah du Royaume hachémite de Jordanie. Leur présence aidera, je l'espère, à galvaniser le soutien parmi les chefs d'entreprises mondiaux pour qu'ils intensifient leurs engagements vis-à-vis de l'éducation. Avec leur aide, il se pourrait que nous ayons bientôt une fin en vue pour tous les enfants qui n'ont actuellement pas la possibilité d'être scolarisés et d'apprendre.

Veuillez cliquer ici pour télécharger le document politique émis dans le cadre du Rapport mondial de suivi de l'Education pour Tous: Le secteur privé devrait accroître le financement en faveur de l'éducation.

Cet article de Pauline Rose a initialement été publié sur le blog de rapport sur l'EPT