Ei-iE

« Les objectifs de développement durable: état des lieux », par Antonia Wulff

Publié 14 juin 2018 Mis à jour 25 juin 2018
Écrit par:

Le temps presse: trois ans plus tard, à quel point sommes-nous près d’atteindre les Objectifs de développement durable, le programme convenu pour améliorer le monde entre 2015 et 2030?

Il n’est pas facile de déterminer si des progrès ont été réalisés, avec 17 objectifs différents en matière de développement social, environnemental et économique, il est difficile de savoir par où commencer. Au niveau mondial, il existe deux principaux éléments d’information: le rapport d’activité annuel du Secrétaire général de l’ONU et les examens nationaux volontaires que les pays peuvent choisir de réaliser [1]. Ceux-ci sont discutés lors du Forum politique annuel de haut niveau, où les gouvernements se réunissent pour examiner les progrès accomplis.

Il y a quelques jours, l’Organisation des Nations Unies a publié un exemplaire préliminaire du rapport d’activité de cette année, qui confirme toutes nos craintes quant à la lenteur des progrès ainsi que des mécanismes de suivi profondément défectueux.

Tout d’abord, le rapport est basé sur les indicateurs globaux des Objectifs de développement durable (ODD). Chaque objectif a été traduit en un indicateur qui devrait nous aider à déterminer si nous allons dans la bonne direction. Toutefois, de nombreux objectifs sont trop complexes pour être pris en compte dans un seul indicateur. En outre, les données et la méthodologie sont absentes pour de nombreux indicateurs, ce qui signifie que seuls certains objectifs font actuellement l’objet d’un rapport, ce qui donne une image tout à fait incomplète et biaisée [2].

Pour prendre un exemple, dans le cas de l’objectif 8.8 sur les droits du travail et les environnements de travail sûrs, le rapport ne mentionne même pas les droits du travail, car cet indicateur particulier est encore en cours d’élaboration. Il en va de même pour l’enseignement postsecondaire et l’éducation aux droits de l’homme et au développement durable (objectifs 4.3, 4.4, 4.4, 4.6 et 4.7). Pire encore, certains indicateurs incomplets font l’objet d’un rapport arbitraire, comme l’indicateur très controversé sur l’apprentissage dans l’enseignement primaire et secondaire (cible 4.1).

Deuxièmement, le rapport aborde les 17 objectifs en tant que domaines de travail distincts, reproduisant l’approche cloisonnée que les ODD se proposent de remettre en question et n’explorant ni ne favorisant aucun lien entre eux. Ceci est également problématique étant donné que les objectifs ne sont qu’une partie de l’Agenda 2030: rien n’est dit sur les moyens de mise en œuvre, ni sur le suivi et la révision, qui sont tous deux des dimensions intégrales de l’Agenda 2030 que les Etats membres se sont engagés à réaliser, parallèlement aux objectifs.

Troisièmement, et c’est peut-être le plus important, le rapport n’est qu’une liste de faits et de chiffres apparemment choisis au hasard. Par exemple, le rapport conclut qu’en 2016, seulement 61 % des enseignants du primaire en Afrique subsaharienne étaient qualifiés. Et qu’en 2011-15, seuls 30 % des pays « dépensent entre 15 % et 20 % des dépenses publiques totales pour l’éducation, comme le recommande le Cadre d’action pour l’éducation 2030 » (sur la base des 151 pays pour lesquels nous disposons de données). Ces chiffres sont présentés sous la forme d’un instantané sans aucune base de référence, ce qui rend impossible toute comparaison et analyse dans le temps. En conclusion, en lisant le rapport, vous ne saurez pas si nous progressons assez vite. Mais le pire, c’est qu’il n’y a aucun message de l’Organisation des Nations Unies (ONU) et aucune analyse politique de l’orientation: le rapport nous informe simplement que « 82 % des nouveaux projets de développement avaient des objectifs alignés sur les priorités nationales » en 2016, et que plus de la moitié de ces projets « s’appuyaient sur des systèmes et des données parallèles pour suivre les progrès et les résultats en matière de développement », sapant ainsi non seulement l’espace politique et la cohérence de ces pays, mais aussi l’essence même de l’Agenda 2030.

Certains diront probablement qu’il ne faut pas tirer sur les messagers, mais le Secrétaire général de l’ONU est plus qu’un porte-parole d’un système défectueux. La gérance du développement durable est entre les mains de l’ONU et cela exige une approche beaucoup plus proactive. Dans son rapport, le Secrétaire général devrait souligner et regretter que toutes les informations nécessaires ne sont pas disponibles, fournir une première analyse de l’orientation actuelle, rappeler aux Etats membres leur engagement envers l’Agenda 2030, et leur demander instamment d’intensifier leurs efforts.

[1] Un briefing sur les examens nationaux volontaires est disponible ici.

[2] Vous pouvez trouver le guide de l’IE relatif aux indicateurs de l’ODD 4 ici.

Le contenu et les avis exprimés dans ce blog sont ceux de son auteur et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l’Internationale de l’Education.