Ei-iE

Bâtir des systèmes éducatifs publics plus forts en Asie du Sud-Est

Publié 2 mai 2024 Mis à jour 15 mai 2024

Dans le cadre de la campagne La Force du public : Ensemble on fait école, l’Internationale de l’Education (IE) a conduit le lancement des recommandations du Groupe de haut niveau des Nations Unies sur la profession enseignante, ciblant tout particulièrement l’Association des pays d’Asie du Sud-Est (ASEAN).

Organisée le 19 avril à Bangkok, en Thaïlande, cette réunion sous-régionale a rassemblé les organisations membres de l’IE des pays de la région ASEAN, dont l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, la Thaïlande, la Birmanie et le Cambodge dans le but de débattre de la mise en œuvre des Recommandations du Groupe de haut niveau des Nations Unies sur la profession enseignante. Les représentant·e·s de l’Organisation internationale du Travail (OIT) et de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) ont également exprimé leur soutien à la mise en œuvre de ces recommandations.

Dans son discours d’ouverture, la présidente de l’IE, Susan Hopgood, a mis l’accent sur la pénurie critique d’enseignant·e·s dans la région ASEAN où l’UNESCO estime à 4,5 millions le nombre d’enseignant·e·s supplémentaires à recruter pour satisfaire les besoins éducatifs de la région d’ici 2030. « Le manque d’enseignant·e·s qualifié·e·s se creuse, mettant en danger nos générations futures. Il ne s’agit pas simplement d’une pénurie, mais d’une crise de potentiel non réalisé, nécessitant un investissement public urgent et substantiel », a déclaré Hopgood, en soulignant le besoin critique d’accroître le financement par l’État de l’enseignement public dans l’ensemble des pays membres d’ASEAN.

« Chaque jour d’inaction nous fait prendre le risque de creuser l’écart en termes d’égalité éducative. Notre campagne La force du public : ensemble on fait école ! est plus qu’un appel à l’action – c’est une demande d’investissement dans notre avenir collectif, pour garantir que chaque enfant des pays membres d’ASEAN bénéficie de l’éducation qu’il ou elle mérite », a ajouté Mme Hopgood.

« La force du public : ensemble on fait école ! » : traduire les recommandations en actions concrètes

Les recommandations du Groupe de haut niveau appellent non seulement à augmenter le nombre d’enseignant·e·s, mais également à renforcer leur formation et leurs conditions de travail afin de revaloriser l’ensemble de la profession. « Les besoins de nos enseignantes et enseignants ne sauraient se limiter aux chiffres, ils ont besoin de soutien, d’une formation de qualité, de développement professionnel et de respect afin de promouvoir des environnements où l’éducation peut réellement s’épanouir », a conclu Mme Hopgood.

Mme Panudda Boonpala, directrice régionale adjointe de l’OIT a souligné les implications économiques de l’investissement dans l’éducation. « Investir dans l’éducation n’est pas seulement un impératif moral, c’est également une solide stratégie économique. Une meilleure éducation signifie de meilleurs résultats économiques pour chaque nation de l’ASEAN. »

La directrice de l’organisation les ministres de l’Education d’Asie du Sud-Est (SEAMEO) Datuk Dr. Habibah Abdul Rahim a, quant à elle, salué les recommandations du Groupe de haut niveau des Nations Unies sur la profession enseignante, reconnaissant que « nous devons intensifier nos efforts » pour combler la pénurie d’enseignant·e·s.

Mme Yan Hong, spécialiste de l’éducation de l’UNESCO, a par ailleurs décrit les répercussions plus générales de la qualité éducative. « Nous pouvons, à travers un investissement soutenu dans l’enseignement public, nous attaquer à des enjeux sociaux multiples, allant de la réduction de la pauvreté au renforcement de l’engagement civique. »

Les débats ont souligné les disparités en matière de formation des enseignant·e·s dans la région ASEAN et mis fortement l’accent sur le rôle de l’investissement public dans l’harmonisation de ces disparités, garante d’un système éducatif public plus équitable. Les représentant∙e∙s de différents pays de l’ASEAN ont ainsi partagé leurs expériences et stratégies nationales, illustrant les contextes éducatifs divers et les difficultés communes que les recommandations du Groupe pourraient aborder.

Un Guide de l'IE a, à cet égard, été conçu pour aider les syndicats de l’éducation à plaider en faveur des recommandations du Groupe de haut niveau et à les mettre en œuvre à l’échelle locale. Cette ressource aborde des problématiques critiques, telles que les salaires des enseignant·e·s, la sécurité de l’emploi, le développement professionnel, l’équité entre les genres et l’intégration efficace de la technologie dans l’éducation.

L’événement s’est conclu par un appel à l’action ciblant les organisations membres de l’IE en faveur de la mobilisation des enseignant·e·s et des communautés pour veiller à l’intégration de ces recommandations transformatives dans les politiques éducatives dans l’ensemble de la région ASEAN, de sorte que chaque enfant ait l’opportunité d’apprendre auprès d’un·e enseignant·e qualifié·e dans un environnement favorable.