Ei-iE

L'IE avertit que les réductions des dépenses publiques vont ralentir la reprise économique

Publié 1 février 2010 Mis à jour 1 février 2010

Intervenant à la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos en Suisse, le Secrétaire général de l'IE Fred Van Leeuwen a averti les représentants des gouvernements et les chefs d'entreprise que les réductions des dépenses publiques vont ralentir la reprise économique et, pire, auront l'effet d'une gifle pour les millions de personnes qui ont perdu leurs emplois et pour lesquelles l'éducation et la formation constituent un passeport pour réintégrer le marché du travail.

« Nous sommes dans l'œil d'un cyclone financier », a déclaré Fred van Leeuwen, en référence aux projets des gouvernements de l'OCDE visant à réduire les dépenses publiques de façon draconienne. Les budgets de l'éducation de certains pays sont déjà affectés par la crise financière; mais « nous devons peut-être nous préparer à des réductions sans précédent au cours des années à venir. »

Fred van Leeuwen a fait remarquer que les pays qui ont renfloué leurs secteurs financiers et consacré des sommes considérables aux plans de relance afin d'éviter l'effondrement de leurs économies devront, soit augmenter leurs impôts, soit réduire les dépenses publiques.

Intervenant dans le cadre d'un débat sur la « pénurie de compétences » avec plusieurs chefs d'entreprise, Fred van Leeuwen a indiqué qu'un nombre croissant d'entreprises européennes dépensent moins sur les programmes de formation à l'intention de leurs employés. Il a associé cette tendance à l'aggravation de l'emploi précaire et au refus des entreprises d'investir dans les personnes qu'elles emploieront pendant une courte période seulement.

Les employeurs ont émis des inquiétudes au sujet de la « pénurie de compétences » et déclaré que les systèmes éducatifs devraient mieux satisfaire les besoins en évolution du marché du travail en mettant l'accent sur les « compétences du 21ème siècle », telles que les compétences liées à l'innovation et à la technologie.

Cependant, Fred van Leeuwen a déclaré que les employeurs devraient être plus impliqués dans le renforcement des compétences. Il s'est référé au Partnership for 21st Century Skills, une initiative des Etats-Unis, dont l'objectif est de rassembler les éducateurs, les sociétés et les représentants du gouvernement afin d'aider les autorités éducatives et les écoles à pallier la pénurie des compétences.

« Nous devons réaliser des investissements substantiels dans nos systèmes d'éducation publique afin de pouvoir répondre à l'évolution des besoins », a ajouté Van Leeuwen. Il a également souligné que le recrutement, la rétention et la formation des enseignants devraient faire l'objet d'une attention particulière.

Les débats de la réunion annuelle du Forum économique mondial à Davos ont principalement porté sur la relance économique. Les responsables des syndicats mondiaux, qui ont activement participé à ces débats, ont souligné qu'une relance sans création d'emplois et un retour au « statu quo » étaient inconcevables.

Les responsables syndicaux ont publié une déclaration intitulée « Régulation, redistribution et retour aux valeurs sociales et à la décence ». Veuillez cliquer sur ce lien pour lire la déclaration complète (en anglais).