Ei-iE

Sommet du G20 en Corée : l’IE demande que l’éducation soit une priorité

Publié 3 octobre 2010 Mis à jour 3 octobre 2010

Le prochain sommet du G20 aura lieu à Séoul, en Corée du Sud, les 11 et 12 novembre 2010. Pour que l’éducation soit une priorité lors de ce forum mondial, l’IE demande à ses organisations membres de faire activement campagne pour que l’éducation occupe une place plus importante dans le programme du G20.

Le but de cette action commune serait de relier la politique mondiale que l’IE est en train de développer au niveau international avec l’action nationale que les syndicats de l’éducation mettent actuellement en place dans leur propre pays. Ce serait un moyen efficace pour les syndicats d’attirer l’attention des dirigeants mondiaux sur la nécessité de mettre en œuvre une Education de qualité Pour Tous (EPT).

Pour y parvenir, l’IE propose à ses affiliés d’entreprendre les actions suivantes au cours du mois d’octobre :

  • Demander une audience avec votre chef de gouvernement. Si plusieurs membres de l’IE coexistent dans un pays, envisagez une approche commune.
  • Prenez contact avec votre confédération syndicale nationale et cherchez à obtenir son soutien actif.
  • Contactez les organisations de la société civile, particulièrement à travers la Campagne mondiale pour l’éducation, pour une aide mutuelle.
  • Recherchez la couverture des questions d’éducation et de nos messages clés dans les medias publics.
  • Informez vos propres membres via vos publications, votre site web et des réunions locales et nationales.

L’IE entend transmettre trois messages clés aux dirigeants mondiaux et aux gouvernements qui assisteront au G20.

Premièrement, l’Education de qualité Pour Tous, en particulier pour les filles, est réalisable dans tous les pays. En tant que Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon a déclaré lors de la conférence de révision des Objectifs du Millénaire pour le développement : « une volonté politique est nécessaire pour mobiliser des ressources et atteindre les objectifs de l’EPT pour 2015. »

Deuxièmement, le taux de chômage actuel chez les jeunes représente un grand risque pour tous les pays. Pour y remédier, la stratégie pour l’enseignement et la formation professionnels présentée en mars 2009 par les ministres du Travail et de l’Emploi du G20 doit être appliquée.

Troisièmement, des services publics de qualité, et notamment pour l’éducation et la santé, sont décisifs pour une reprise durable. Etant donné qu’il s’agit d’un investissement primordial pour l’avenir, l’éducation doit être protégée des « stratégies de retrait » et des réductions budgétaires.

La Journée mondiale des enseignants du 5 octobre est un bon point de départ et l’occasion pour les syndicats de part et d’autre de la planète de faire prendre encore plus conscience aux dirigeants de l’importance de l’éducation dans le monde. Cette année, le thème s’intitule « La recontruction passe par les enseignants » pour mettre en évidence le rôle primordial joué par la profession dans l’encouragement et le soutien de la reprise après toutes sortes de crises.