Ei-iE

Aidez-nous à soutenir un impôt sur les transactions financières !

Publié 21 octobre 2010 Mis à jour 21 octobre 2010

L’IE invite à signer une déclaration de la société civile internationale qui sera remise aux dirigeants du G-20 pendant leur sommet à Séoul les 11-12 novembre 2010.

La déclaration commune, signée notamment par la Confédération syndicale internationale (CSI) et la Commission syndicale consultative auprès de l’OCDE exhortent les dirigeants du G-20 à accepter lors de leur prochain sommet l’introduction d’un impôt sur les transactions financières (ITF) coordonné au niveau international.

Les représentants de la société civile et des syndicats préconisent depuis longtemps un tel impôt car c’est un moyen pratique de générer des revenus vitaux pour couvrir les besoins de financement nationaux et internationaux. Il décourage également le genre de spéculation financière à court terme possédant peu de valeur sociale, mais représentant un risque élevé pour de nombreuses économies. Il est aussi une source nécessaire et durable de financement pour la santé, l’éducation et le développement.

L’alliance des syndicats et de la société civile n’est pas la seule à défendre les mérites d’une telle taxe. Des recherches du Fond monétaire international commanditées par le G-20 reconnaissent la faisabilité technique de l’ITF, un rapport du « Groupe pilote sur les financements innovants » appuie également une forme d’ITF. L’Union européenne et le Groupe consultatif de haut niveau des NU sur le financement de la lutte contre le changement climatique envisagent aussi l’ITF et contribuent à l’élaboration d’une base solide pour faire dépasser à la proposition l’étape de discussion des options et parvenir à sa mise en œuvre pratique.

La déclaration commune décrit l’ITF comme « une des seules options disponibles susceptibles de générer des ressources financières énormes nécessaires pour financer les coûts continus de la crise économique et financière mondiale, notamment la réduction du taux inacceptablement élevé de pertes d’emploi et pour atteindre les objectifs clés dans le domaine du développement, de la santé, de l’éducation et des changements climatiques dans les pays en voie de développement. «

Elle poursuit en affirmant que « plusieurs centaines de milliards de dollars de revenus inexploités pourraient être engendrés. Ce financement supplémentaire est nécessaire pour contribuer à l’aide officielle au développement afin d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement. »

La déclaration conclut en rappelant aux dirigeants du G-20 que « Lors du récent sommet des NU sur les Objectifs du Millénaire pour le développement, le Président français Nicolas Sarkozy a exprimé un souhait extrêmement bien accueilli insistant sur la conclusion d’un accord international sur l’ITF pendant son mandat de président du G-20 en 2011. Toutefois, il n’existe aucune raison de reporter ce point. Nous réclamons le lancement d’actions du G-20 sur cette question critique à Séoul. »

L’IE encourage tout le monde à signer et à envoyer un courriel à Amy Gray en précisant le pays dans lequel vous êtes basé : [email protected]

Pour lire la déclaration complète de la société civile internationale, veuillez cliquer ici.