Ei-iE

Iran: L'IE condamne la détention et le harcèlement continus d'enseignants

Publié 7 février 2011 Mis à jour 4 mars 2022

L'IE a une fois de plus exprimé ses préoccupations à propos du harcèlement et de l'intimidation des syndicalistes enseignants iraniens par les autorités nationales.

Les militants appartenant au groupement Iranian Teachers' Trade Associations (ITTA) et membres de l'organisation affiliée à l'IE, Coordinating Council of ITTAs, continuent d'être victimes de pressions, et le groupe n'a pas été autorisé à tenir ses réunions.

L'IE a écrit aux autorités iraniennes en exigeant qu'elles cessent d'exercer des pressions sur les syndicats, qu'elles relâchent immédiatement les militants enseignants détenus, et qu'elles reconnaissent la légitimité du Coordinating Council of ITTAs.

L'IE a spécifiquement soulevé le cas de plusieurs enseignants et syndicalistes détenus, notamment:

M. Abdolreza Ghanbari, un maître de conférences de 42 ans de l'Université Payam e Nour, qui a été arrêté à son domicile à Pakdasht, le 4 janvier 2010. Il a été inculpé de « Moharebeh » (hostilité envers Dieu) pour avoir reçu des courriels non sollicités d'un groupe d'opposition armé auquel il n'appartient pas. Alors qu'il est en détention à la prison tristement célèbre d'Evin, Ghanbari a été interrogé 25 jours d'affilé sous la menace. En 2007, Ghanbari a été détenu pendant 120 jours, condamné à une suspension de six mois durant laquelle il n'a pas pu enseigner, et il a été déplacé de Sari à Pakdasht. Sa peine de mort a été confirmée par la section 36 de la Cour d'Appel de Téhéran, le 27 avril 2010. Il est depuis lors dans le couloir de la mort.

M. Rasoul Bodaghi (ou Rasul Badaqi), membre de l'Iranian Teachers' Trade Association de Téhéran, est également en détention. Il a été transféré de la prison d'Evin à la prison de Rajaieshahr à Karaj, le 10 mai 2010, et il aurait été très gravement battu par deux gardiens de prison. En janvier 2011, la Cour d'Appel a confirmé sa condamnation à six ans d'incarcération, et lui a interdit toutes activités sociales pendant cinq ans.

M. Nabiollah Bastan Farsiani, membre du Comité de direction de la Teachers' Trade Association de la province de Charmahal Bakhtyari, a été condamné à une année d'incarcération par la Cour d'Appel de la province.

M. Tofigh Mortezapour, membre du Comité de direction de la Teachers' Trade Association de Tabriz, a été condamné à 91 jours d'emprisonnement.

M. Hashem Khastar est un enseignant retraité et responsable de la Teachers’ Trade Association de Mashhad Mashad. Alors qu'il souffrait d'un problème reinal, il a été opéré et transféré de l'hôpital en prison, le 25 janvier, malgré l'opposition de son médecin. L'instance inférieure l'a condamné à six ans de prison, mais le verdict a été réduit à deux ans d'incarcération par la Cour d'Appel. Il doit encore purger une année.

L'IE et ses organisations membres continuent d'exhorter les autorités iraniennes à respecter les droits à la liberté syndicale et à la liberté d'expression, et à mettre un terme à la répression menée contre les défenseurs des droits humains.