Ei-iE

Nouvelle-Zélande : Les syndicats soutiennent les enseignants suite au puissant séisme

Publié 24 février 2011 Mis à jour 24 février 2011

Les affiliés néo-zélandais de l’IE font parvenir des secours en urgence aux enseignants et étudiants des communautés touchées par le séisme de magnitude 6,3 sur l’échelle de Richter du 22 février.

La puissance du séisme était telle qu’il a causé l’effondrement d’immeubles sur des bus, la déformation des chaussées et des coupures de courant dans la plus grande partie de la ville. Le dernier bilan officiel fait état de 98 morts au moins et 226 disparus.

Christchurch et ses environs comptent 630 écoles et services d’éducation de la petite enfance, soit quelque 76.000 élèves. Six écoles auraient subi d’importants dommages alors qu’enseignants et élèves s’adonnaient à leurs activités quotidiennes.

Les syndicalistes enseignants se sont rapidement mobilisés afin d’aider leurs collègues affectés. La Post Primary Teachers’ Association(PPTA) de Nouvelle-Zélande a fait le nécessaire pour permettre à ses membres d’accéder à un programme d’assistance proposant des services de consultation professionnelle et des services post-traumatiques.

Le bureau du New Zealand Educational Institute(NZEI) à Christchurch a été endommagé et restera fermé jusqu’à nouvel ordre. Le NZEI a rassuré ses membres en faisant savoir que l’ensemble de son effectif était sain et sauf. Il a également indiqué que le meilleur moyen d’aider les habitants de Christchurch résidait dans les dons en espèces. ces derniers peuvent être transmis en ligne via la Croix Rouge(en anglais) ou par l’intermédiaire de tout autre établissement bancaire majeur.

En se basant sur des comptes-rendus qui lui avaient été adressés antérieurement, la Présidente du Tertiary Education Union(TEU), Sandra Grey, a précisé à l’IE qu’aucun membre n’était, à sa connaissance, gravement blessé ou décédé. Elle a ajouté : « Nous espérons que ce bilan reste nul, bien qu’il semble que les lieux de travail et de résidence de centaines de membres du TEU et de leurs familles aient été endommagés ou détruits. »

Le Dr. Grey ainsi que les vice-présidents du TEU se sont rapidement affairés afin de constituer un fonds de 5.000 dollars pour les membres du TEU en proie à des difficultés financières liées au séisme.

Ailleurs, les médias ont rapporté qu’un groupe d’élèves et d’enseignants d’une école japonaise qui visitait alors la ville était encore prisonnier des décombres. Onze élèves ont été secourus jusqu’à présent, dont huit sont encore hospitalisés et sous traitement. L’école a fait savoir que les survivants piégés communiquaient par téléphone mobile.

Le Premier Ministre néo-zélandais John Key, qui s’est rendu sur place pour constater les dégâts, a tenu les propos suivants : « Je suis bouleversé. Ce pourrait être le jour le plus sombre de l’histoire de la Nouvelle-Zélande. »

La Ministre de l’Education Anne Tolley a précisé que les écoles de la ville resteraient fermées jusqu’à nouvel ordre, mais certains établissements situés à l’extérieur de la ville pourraient réouvrir leurs portes dès lundi.

Tolley a expliqué qu’une « mission du Ministère de l’Education composée de 30 évaluateurs œuvre actuellement dans les environs des écoles afin de déterminer le niveau de sécurité des lieux et constater l’étendue des dégâts, mais la gravité des dommages apparaît déjà avec évidence dans de nombreux endroits ».

« Le Ministère recherche actuellement des solutions alternatives pour les élèves dont les écoles ne pourront plus être fréquentées; de plus amples informations seront transmises en temps utile. »

Une assistance téléphonique à l’attention du personnel des établissements scolaires a été mise en place par le Ministère de l’Education(en anglais): 0800 225 580.

L’IE a rendu hommage à la réaction de ses affiliés face à la catastrophe et témoigné sa compassion à l’égard des victimes.