Ei-iE

Le compte à rebours est lancé par un plan d'action pour le Congrès 2011

Publié 25 mars 2011 Mis à jour 5 avril 2011

Le Bureau exécutif de l'Internationale de l'Education, la fédération syndicale internationale représentant plus de 30 millions de travailleurs de l'éducation dans 171 pays, a clôturé sa 37e réunion au Cap, en Afrique du Sud, par un plan d'action clair en vue de son Congrès mondial qui se déroulera en juillet 2011.

Pour débuter cette réunion qui s'est déroulée sur quatre jours, du 21 au 24 mars, la Présidente de l'IE, Susan Hopgood, a souhaité la bienvenue aux 40 dirigeants des syndicats d'enseignants, parmi lesquels on pouvait retrouver des représentants des affiliés sud-africains, à savoir le SADTU, le SAOU et la NAPTOSA, qui ont accueilli la réunion du Bureau et co-organiseront le prochain Congrès.

Le Bureau a mis en exergue les terribles catastrophes naturelles qui ont touché la Nouvelle-Zélande et le Japon. Ces catastrophes ont eu un impact considérable sur les enseignants et ont également perturbé l'éducation des enfants. Le Bureau a exprimé toute sa solidarité et a tenu à féliciter ses affiliés pour leur participation au processus de reconstruction immédiate et à long terme. Il a également souligné les manifestations en faveur de la démocratie, de l'éducation et des droits des travailleurs en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, ainsi qu'au Soudan et en Côte d'Ivoire, où l'IE et ses affiliés sont venus en aide à un membre du Bureau qui faisait face à un danger imminent en raison de l'instabilité politique. Le Bureau a adopté des résolutions de solidarité visant à soutenir les travailleurs de l'éducation aux Etats-Unis et au Honduras, où les droits syndicaux et à la négociation collective continuent d'être bafoués.

La Présidente s’est félicitée de l'excellent travail de l'IE lors du Sommet international sur la profession enseignante, organisé à New York en collaboration avec l'OCDE, les ministres de l'Education et les dirigeants des syndicats. Elle a aussi passé en revue les nouvelles opportunités générées, qui permettront d'influer sur les politiques gouvernementales. Le Bureau a discuté du document de stratégie de la Banque mondiale au regard de l'éducation, sur lequel l'IE n'a presque pas été consultée. Il a pris note des inquiétudes des enseignants relatives aux conséquences du changement politique de l'« Education pour Tous » à l'« Apprentissage pour Tous ». Le Bureau a brièvement traité des avancées des projets Educateurs de qualité pour tous au Mali et en Ouganda, destinés à former les enseignants non qualifiés et mettre en place un profil de compétences de l'enseignant. Il a également abordé les prochaines étapes visant à impliquer les affiliés dans la campagne Services publics de qualité des Syndicats mondiaux.

L'un des objectifs principaux du Bureau exécutif était de passer en revue et d'approuver différents points liés au 6e Congrès mondial qui se tiendra en juillet. Le Bureau a approuvé l'ordre du jour et le programme du Congrès et a également examiné un document politique global  en matière d'éducation pour lequel il a décidé de consulter les affiliés de l'IE. Le Bureau a abordé les questions relatives aux résolutions des organisations membres, en portant une attention toute particulière sur les résolutions liées à la migration et à la mobilité des enseignants, au personnel de soutien scolaire, à l'éducation publique et à la crise économique, à l'égalité des genres, au recrutement et à l'organisation au moyen de stratégies innovantes incluant les médias sociaux. Le Bureau a de même souligné les progrès réalisés en faveur de syndicats démocratiques et indépendants au Moyen-Orient ainsi qu'en Afrique du Nord.

Le Bureau a également appris que le gouvernement turc interdisait toujours à Gülcin Isbert, nominée pour le prix de l'IE pour les droits humains, de se rendre au Cap afin de recevoir son prix. Le Bureau a décidé d'encourager les affiliés à poursuivre leurs manifestations afin que les autorités turques la relâchent.