Ei-iE

Coup d’envoi de la Semaine mondiale d’action 2011

Publié 29 avril 2011 Mis à jour 3 mai 2011

L’Internationale de l’Education (IE) et ses affiliés du monde entier participeront à plusieurs actions sur le thème de l’éducation des femmes et des filles à l’occasion de la Semaine mondiale d’action (SMA), du 2 au 8 mai.

L’organisatrice de la SMA, la Campagne mondiale pour l’éducation (CME), dont l’IE est un membre fondateur, a publié un communiqué sur le genre et l’éducation, dans lequel elle souligne qu’elle est « fière de faire partie des mouvements sociaux qui luttent pour l’égalité entre les genres et de soutenir l’émancipation et l’autonomisation des femmes. Nous pensons que l’éducation est la clé pour surmonter les inégalités de genre et promouvoir la transformation de nos sociétés. La Semaine mondiale d’action 2011 de la CME, consacrée à l’éducation pour tous, lance un appel afin que soit menée une action politique urgente pour parvenir à une véritable égalité entre les hommes et les femmes grâce à l’enseignement public: c’est un droit, exerçons-le! ».

La CME fait également référence à la convention de 1979 sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, qui affirme que « Les Etats parties prennent toutes les mesures appropriées pour modifier les schémas et modèles de comportement socioculturel de l’homme et de la femme en vue de parvenir à l’élimination des préjugés qui sont fondés sur l’idée de l’infériorité ou de la supériorité de l’un ou l’autre sexe ou d’un rôle stéréotypé des hommes et des femmes ».

La Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a fait passer un message fort pour soutenir la campagne: « Nous pouvons atteindre notre but avec de la volonté politique, des politiques intelligentes et des ressources adéquates. Il n’est pas acceptable que la discrimination entre les femmes et les hommes demeure aussi latente dans l’éducation. C’est un déni des droits universels de la personne qui ont été affirmés depuis des décennies ».

L’UNESCO procédera également à une présentation approfondie de l’édition 2011 du Rapport mondial de suivi sur l’Education pour Tous à l’occasion de la SMA.

De nombreux membres de l’IE ont prévu d’organiser des événements importants durant cette semaine d’action.

En Afrique, la coordinatrice principale de l’IE pour la région Afrique, Assibi Napoe, se joindra au membre burundais de l’IE, le Syndicat libre des travailleurs de l’enseignement, et à la coalition nationale, la BAFASHEBIGE, pour le lancement officiel de la semaine d’action dans la province de Kirundo, le 3 mai. Des conférences sur des thèmes tels que le bilan de la fréquentation scolaire féminine au Burundi ou des défis pour les anciennes filles-soldats seront également organisées dans ce pays au cours de la semaine.

Au Maroc, Abdelaziz Mountassir, membre du Bureau exécutif de l’IE, et l’organisation membre, le Syndicat national de l’enseignement, prévoient des marches à Errachidia et à Fès pour demander que le droit à l’éducation pour tous soit garanti.

En ce qui concerne la région Asie-Pacifique, l’un des membres indiens de l’IE, la All Indian Federation of Teachers’ Organisations(AIFTO), a annoncé qu’elle organisera des réunions rassemblant des enseignants, des étudiantes et des représentants publics ainsi que des personnalités féminines pour discuter du thème de cette année, qu’elle mettra en place des rallyes pour sensibiliser aux questions liées à l’éducation des femmes et des filles  et qu’elle lancera une campagne de cartes postales sur l’éducation des filles, au cours de laquelle des étudiant(e)s signeront et enverront des cartes au Président et au Premier ministre indiens.

Au Sri Lanka, la campagne nationale regroupe plusieurs organisations membres de l’IE: le All Ceylon Union of Teachers, le All Ceylon Union of Teachers(Gouvernement), le Ceylon Tamil Teachers’ Union, le Sri Lanka Independent Teachers’ Union et l’ Union of Sri Lanka Teachers Solidarity. Ces syndicats d’enseignants envisagent d’organiser des événements dans six districts, au cours desquels des femmes éduquées occupant un rang élevé dans la société expliqueront aux enfants comment l’éducation peut les aider à réussir leur vie. Par ailleurs, une enquête sera menée auprès de détenues afin d’en apprendre davantage sur le rapport entre la perte de possibilités éducatives et la participation à des activités antisociales.

En Europe, les membres albanais de l’IE, la Trade Union Federation of Education and Science of Albania et l’ Independent Trade Union of Education of Albania, organiseront une réunion à l’échelle nationale et quelques réunions régionales rassemblant des enseignants, des dirigeants syndicaux locaux, des représentants du Ministère de l’Education et des directions locales de l’éducation, ainsi que des représentants d’ONG. Une publication sur le « Financement d’une qualité publique de qualité: un droit pour tous » sera lancée et discutée au cours de ces réunions.

En Bosnie-Herzégovine, les organisations membres de l’IE, le Independent Trade Union of Primary Education Workers of Bosnia and Herzegovina and the Trade Union of Secondary and Higher Education of Bosnia and Herzegovina, ont prévu des activités et préparent une table ronde des femmes sur le thème: « C’est un droit! Exerçons-le! L’éducation pour les femmes et les filles maintenant! ». Elles ont élaboré du matériel et organiseront une conférence de presse sur la SMA.

Les syndicalistes enseignants d’Amérique latine ne seront pas en reste durant la SMA.

En Argentine, par exemple, l’un des membres nationaux de l’IE, la Confederación de trabajadores de la educación de la República Argentina(CTERA), mènera des actions de sensibilisation sur le niveau d’éducation atteint par les femmes dans les différentes régions du pays et sera présent à la 37e Foire internationale du livre de Buenos Aires pour informer les visiteurs sur la semaine d’action.

Au Brésil, la campagne nationale a l’intention de participer à une séance publique du Congrès national. Il s’agit de faire connaître aux parlementaires les préoccupations et les revendications de la société civile en ce qui concerne les lois et les stratégies pour l’éducation ainsi que les pratiques discriminatoires en vigueur dans le secteur de l’éducation. Le 3 mai, la coalition organisera un atelier sur les graffitis, qui donnera aux jeunes l’occasion de participer à un débat sur les discriminations en milieu scolaire au niveau des districts.

Certains membres de l’IE ont déjà célébré la semaine d’action et son thème précédemment. Les affiliés espagnols ont pris part à une action de la coalition nationale au Parlement espagnol, le 12 avril dernier, afin de lancer un appel pour l’éducation pour tous.

La Secrétaire générale adjointe de l’IE, Monique Fouilhoux, assistera également à l’Assemblée générale de la campagne française pour l’éducation pour tous, Solidarité laïque, le 25 mai à Paris. Elle a déclaré à ce propos: « Je suis extrêmement heureuse que la campagne française soit consacrée à l’éducation des filles à l’échelle nationale, mais aussi internationale. La campagne française soutiendra, par exemple, une initiative destinée à construire des toilettes pour filles dans les écoles du Burkina Faso. Ceci prouve, si besoin en était, que la solidarité est une valeur cardinale pour les enseignants. Il ne peut y avoir de justice sociale sans égalité entre les hommes et les femmes ».

Pour en savoir plus sur la Semaine mondiale d’action 2011, veuillez consulter le site: www.globalactionweek.org

L’IE invite également ses membres à participer aux activités de la campagne nationale dans le cadre de la Semaine mondiale d’action, d’en faire rapport et de partager les documents, photos, etc., en contactant: [email protected].