Ei-iE

Bahreïn: les dirigeants du syndicat des enseignants sous la menace de torture

Publié 25 octobre 2011 Mis à jour 26 octobre 2011

L’IE a relancé son appel d’action urgente concernant le Bahreïn. Les enseignant(e)s bahreïni(e)s craignent pour la sécurité de leurs dirigeants, suite à l’arrestation brutale de leur Vice-présidente Jalila al-Salman.

Jalila al-Salman a été arrêtée à son domicile, le 19 octobre, par plus de 30 membres des forces de sécurité, notamment la police antiémeute, qui ont débarqué à bord de sept véhicules. Les agents auraient déclaré qu’ils exécutaient une ordonnance d’arrestation du tribunal bien qu’ils aient refusé de présenter le mandat officiel d’arrestation.

Jalila al-Salman et Mahdi ‘Issa Mahdi Abu Dheeb, Président de la BTA, ont été condamnés, le 25 septembre, à une peine d’emprisonnement respectivement de trois et de dix ans par un tribunal militaire, malgré leur statut civil. L’audience de leur appel devant un tribunal civil est fixée au 1er décembre. L’IE se demande pour quelle raison Jalila al-Salman a été arrêtée alors que d’autres accusés, attendant également l’audition de leur appel devant un tribunal civil, ont été libérés sous caution.

Jalila a été arrêtée après avoir dénoncé la répression et les violations continues dont sont victimes les enseignant(e)s au Bahreïn. Jalila a expliqué à l’IE la manière dont elle a été torturée et verbalement agressée, contrainte de signer des déclarations la mettant en cause alors qu’elle était en détention préventive. Sa dernière arrestation ravive inévitablement les inquiétudes quant à sa sécurité en détention.

L’IE estime que les dirigeants du syndicat ont été emprisonnés pour avoir uniquement exercé leur droit légitime à la liberté d’expression, d’association et de réunion. Ils doivent être libérés immédiatement et sans condition et leur condamnation doit être annulée.

Aidez-nous à faire pression sur les autorités bahreïnies et cliquez ici pour envoyer un message en ligne dès maintenant!