Ei-iE

Transformer l'éducation réussira lorsque les enseignant(e)s seront hautement respecté(e)s

Publié 11 mai 2012 Mis à jour 14 mai 2012

L'Internationale de l'Education a exhorté le gouvernement des Emirats arabes unis d'accorder aux enseignant(e)s la liberté d'établir un syndicat professionnel indépendant.

Participant au Sommet d'Abou Dabi sur la transformation de l'éducation, les 8 et 9 mai, le Secrétaire général de l'IE, Fred van Leeuwen, a souligné que les enseignant(e)s étaient cruciaux pour transformer nos systèmes scolaires. Pour que les réformes réussissent, les enseignant(e)s doivent être davantage respectés, récompensés et soutenus. « Le respect signifie également que nous reconnaissons les droits civils et les libertés professionnelles des enseignant(e)s », a déclaré Van Leeuwen. Il a noté que les Emirats arabes unis ne respectaient pas encore les normes internationales établies par l'OIT et l'UNESCO. Van Leeuwen a demandé aux autorités de commencer à appliquer ces normes et de montrer l'exemple aux autres pays du Golfe, où les enseignant(e)s ne jouissent toujours pas des droits humains et syndicaux fondamentaux.

Le Sommet, qui a rassemblé des universitaires, des Ministres de l'Education actuels et anciens, ainsi que des dirigeants d'entreprises, a discuté des manières d'adapter les systèmes éducatifs aux besoins actuels, notamment aux besoins liés aux marchés mondiaux. L'ancien Premier Ministre britannique, Gordon Brown, qui a ouvert le Sommet, a dit qu'il était crucial d'améliorer la qualité des enseignant(e)s, tant dans les pays industrialisés que dans le monde en développement. Il a appelé les Emirats arabes unis à se joindre à sa campagne visant à créer un Fonds mondial pour l'éducation, en vue d'assurer que chaque enfant puisse aller à l'école d'ici 2015.