Ei-iE

Jordanie : réfugiés ont besoin de educateurs et manuels scolaires

Publié 30 octobre 2012 Mis à jour 30 octobre 2012

« Nous devons déployer tous les efforts possibles pour apporter un soutien aux enfants et aux enseignant(e)s syrien(ne)s regroupé(e)s dans les camps de réfugiés en Jordanie », ont déclaré Fred van Leeuwen, Secrétaire général de l’IE, et Sharan Burrow, Secrétaire générale de la CSI, suite à leur visite au camp de réfugiés de Zaatari à Al Mafraq, le 28 octobre dernier.

Les deux secrétaires ont rencontré des réfugié(e)s ainsi que des responsables du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et du Programme alimentaire mondial (PAM).

Le camp de tentes, installé en juillet de cette année, abrite plus de 60.000 réfugié(e)s, dont 56% ont moins de 18 ans.

L’UNICEF a déjà ouvert une école sur place et prévoit d’en construire de nouvelles. Près de cinquante enseignant(e)s ont été recruté(e)s, la majorité étant des réfugié(e)s syrien(ne)s. Les réfugié(e)s ont déclaré à van Leeuwen et à Burrow que davantage d’écoles et d’enseignant(e)s, de même que des manuels et des équipements scolaires, sont nécessaires.

Le nombre de Syrien(ne)s ayant fui vers la Jordanie a largement dépassé les prévisions initiales, avec près de 105.000 réfugié(e)s enregistré(e)s auprès du HCR à ce jour. Les autorités jordaniennes estiment qu’environ 250.000 réfugié(e)s auront franchi la frontière d’ici la fin de l’année, dont 155.000 seront accueilli(e)s dans les camps et 95.000 dans les villes et villages du pays.

Bien que le gouvernement de Jordanie offre la possibilité aux enfants réfugiés enregistrés d’être scolarisés gratuitement dans le pays, la capacité de son système éducatif ne lui permet pas d’honorer cette promesse. L’UNICEF procède actuellement à quelques rénovations de faible envergure dans 50 écoles publiques à travers le pays et à l’installation de classes de cours préfabriquées, comme c’est le cas dans le camp de réfugié(e)s de Zaatari.

Le gouvernement jordanien maintient sa politique de tolérance et d’hospitalité vis-à-vis d’une population de réfugié(e)s et de demandeurs/euses d’asile qui ne cesse de croître

« La Jordanie est un petit pays ayant un revenu moyen. C’est pourquoi la communauté internationale doit renforcer son soutien afin de pouvoir répondre aux besoins sociaux de base des réfugié(e)s syrien(ne)s, y compris l’éducation de leurs enfants », a déclaré van Leeuwen.

En étroite collaboration avec la Jordan Teachers Association récemment créée et l’UNICEF, l’IE souhaite fournir des manuels et des équipements scolaires aux écoles installées dans le camp.

A cette fin, Fred van Leeuwen soumettra une proposition à la Conférence interrégionale pour les affiliés de l’IE dans les pays arabophones, qui se tiendra à Beyrouth la semaine prochaine.