Ei-iE

Allemagne: l'éducation de qualité requiert plus de ressources et une modification des règles

Publié 3 novembre 2014 Mis à jour 6 novembre 2014

Les syndicats de l'éducation allemands appellent à un financement adéquat de l'éducation de qualité à tous les niveaux, de l'éducation de la petite enfance à l'enseignement et la formation professionnels.

VBE: nous avons besoin de plus de ressources

« Pour qu'aucun enfant ne soit laissé pour compte, il est important d'instaurer des conditions optimales », a déclaré Udo Beckmann, Président fédéral du Verband Bildung und Erziehung(VBE), un affilié de l'Internationale de l'Education (IE). « La qualité des écoles ne doit pas dépendre du bon vouloir du ministère des Finances. »

Le VBE appelle à une augmentation du financement de l'éducation dans le budget de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

Plus concrètement, davantage de personnel s'avère nécessaire pour améliorer l'inclusion au sein des établissements scolaires. « Pour des écoles inclusives, il faut diminuer la taille des classes et doubler le personnel », a indiqué Udo Beckmann. « Au vu de la baisse du nombre d'élèves et de l'évolution démographique connexe, le personnel éducatif pourrait être affecté à ces classes. Pour que les écoles traditionnelles favorisent l'inclusion, nous devons ouvrir entre 7.000 et 10.000 postes d'enseignante et enseignants supplémentaires. »

Udo Beckmann a également appelé les gouvernements des Länder, notamment la Rhénanie-du-Nord-Westphalie, à prendre des mesures contre la pénurie de directeurs/trices d'école. En effet, on recense trop peu de candidatures à ces postes, particulièrement dans les écoles primaires, car les enseignant(e)s bien qualifié(e)s savent que le temps consacré à la direction d'un établissement scolaire et le salaire proposé ne s'alignent pas sur l'ampleur du travail à accomplir, ni sur les responsabilités qui en découlent, a-t-il ajouté.

GEW: les procédures de marchés publics doivent évoluer dans le secteur de l'enseignement et la formation professionnels

Un autre affilié de l'IE, le Gewerkschaft Erziehung und Wissenschaft(GEW), a fait part de ses préoccupations au regard de l'enseignement et la formation professionnels. Le 17 octobre dernier, le syndicat a publié son « Livre noir 3: attribution des services d'éducation et de formation », en réaction à la réforme de la loi sur les marchés publics prévue à l'échelle fédérale. Selon le GEW, aucun secteur de l'éducation n'a jamais été autant touché par la déréglementation que l'enseignement et la formation professionnels publics.

Ce rapport met en lumière les conditions de travail déplorables des enseignant(e)s et du personnel de l'éducation imposées par les réglementations sur l'enseignement et la formation professionnels établies par l'Agence fédérale pour l'emploi.

D'après le syndicat, les conditions de travail précaires, les bas salaires, la concurrence, ainsi que la diminution progressive de la qualité sont autant de conséquences des décisions politiques. Le GEW appelle le gouvernement fédéral, ainsi que les ministères de l'Economie et du Travail, à modifier le cadre juridique régissant l'attribution des services de formation.

« Le GEW souhaite un système cohérent, une continuité en matière de collaboration, ainsi qu'une qualité pédagogique », a souligné Ansgar Klinger, membre du conseil d'administration du GEW et responsable de l'enseignement et la formation professionnels. « Pour ce faire, il nous faut nouer des partenariats à long terme avec des fournisseurs de services éducatifs fiables et qualifiés, et garantir le financement de ces services. Le prix d'un service ne doit plus constituer le seul critère décisif pour son attribution. A l'avenir, seuls des prestataires fiables sur le plan financier doivent être envisagés dans le cadre de ce processus. »

Le GEW appelle à ce que les anciennes pratiques en matière d'attribution des services d'enseignement et de formation professionnels soient modifiées, et ce, dans l'intérêt des employé(e)s, des élèves et des prestataires. Un enseignement et une formation professionnels de qualité doivent pouvoir compter sur un cadre juridique à la hauteur.

IE: les autorités publiques doivent prendre leurs responsabilités

« A l'instar de nos collègues allemands, nous souhaitons rappeler aux autorités publiques qu'il leur incombe de garantir une réglementation claire, ainsi qu'un financement public adéquat de l'éducation – des éléments fondamentaux pour un accès à une éducation de qualité pour toutes et tous, à tous les niveaux », a déclaré Fred van Leeuwen, Secrétaire général de l'IE.