Ei-iE

Norvège: Les acteurs/trices de l’éducation réunis à Oslo pour fixer les priorités financières mondiales

Publié 7 juillet 2015 Mis à jour 20 juillet 2015

L’Internationale de l’Education se joint aux dirigeant(e)s mondiaux/ales à Oslo pour faire le lien entre l’approche globale et les engagements de l’Education pour Tous, adoptés lors du Forum mondial sur l’éducation, et le financement, les priorités et la volonté politique qui s’imposent.

Le Sommet d’Oslo sur l’éducation pour le développement a réuni en Norvège les responsables mondiaux/ales du secteur de l’éducation, notamment l’Internationale de l’Education (IE), afin de décider du financement nécessaire à la réalisation des futurs objectifs mondiaux en matière d’éducation, un consensus qui doit émerger de la Conférence internationale d’Addis-Abeba sur le financement du développement qui se tiendra la semaine prochaine.

« Notre rapport mondial de suivi sur l’EPT montre sans ambiguïté que les occasions manquées par le passé de donner effet au droit à l’éducation peuvent être corrigées par une action immédiate et une vision à long terme afin de garantir que tous les élèves bénéficient d’enseignantes et enseignants hautement qualifiés, formés à leur métier et bien soutenus », a déclaré le Secrétaire général de l’IE Fred van Leeuwen. « Nous avons présenté notre vision des piliers fondamentaux permettant de garantir le droit à une éducation de qualité. Nous avons collaboré de manière proactive avec nos partenaires pour faire en sorte que les compétences et la sagesse des enseignantes et enseignants sur le terrain éclairent la formulation des politiques et leur application. »

Pour s’informer sur le Forum mondial sur l’éducation (FME), cliquez ici

La question urgente qui se pose: les pays donateurs s’engageront-ils à réaliser les investissements nécessaires afin de garantir le droit de tous les enfants à une éducation de qualité, gratuite et équitable ou tourneront-ils le dos aux 59 millions d’enfants non scolarisés?

Voir la diffusion sur le web ici

Erna Solberg, Première ministre de la Norvège, et Ban Ki Moon, Secrétaire général des Nations Unies, ont ouvert le Sommet en appelant à l’action dans les domaines essentiels suivants: 1) le financement; 2) les filles; 3) l’éducation en situation d’urgence; et 4) l’enseignement et l’apprentissage de qualité. Ils ont été rejoints par Malala, Gordon Brown, Envoyé spécial des Nations Unies, Guy Ryder, Directeur général de l’OIT, et Julia Gillard, Présidente du Conseil d’administration du Partenariat mondial pour l’éducation (PME), entre autres, et ont attiré l’attention sur la diminution des ressources, sur les besoins croissants et le choix sans équivoque qui se présente à la planète avant l’adoption des nouveaux Objectifs de développement durable pour 2030.

Dans la perspective d’Oslo, l’IE a co-organisé l’une des réunions préalables en collaboration avec l’UNESCO, le gouvernement norvégien et la Commission européenne à la maison de Norvège à Bruxelles sur le thème Investing in teachers is investing in learning: A prerequisite for the transformative power of education(Investir dans les enseignant(e)s, c’est investir dans l’apprentissage: une condition préalable au pouvoir de transformation de l’éducation). Le Sommet d’Oslo appelle la troisième Conférence internationale sur le financement du développement d’Abbis-Abeba à intensifier la coopération internationale tel que le précise le projet de document final. Le financement de l’éducation doit être un élément fondamental du financement du développement durable.

Lors de l’une des quatre tables rondes du Sommet, Qualité et apprentissage, van Leeuwen présentera l’engagement pris par l’IE afin d’exiger des gouvernements qu’ils clarifient leur position en matière de privatisation et d’externalisation, pour avancer dans la mise en œuvre du vaste et ambitieux programme en faveur d’une éducation de qualité ainsi que le prévoient les trois piliers de la Campagne Uni(e)s pour l’éducation et pour combler le déficit d’enseignant(e)s à l’échelle mondiale. Il s’associera également à Gordon Brown, l’Envoyé spécial des Nations Unies, pour lancer un appel en faveur d’un fonds humanitaire spécial au profit de l’éducation en situation d’urgence, situation que l’on observe au Pakistan et en Syrie, par exemple.

L’IE et son affilié national Utdanningsforbundetéchangent des tweets tout au long de la journée et invitent les membres et les partenaires à les rejoindre pour faire monter la pression alors que nous approchons de la ligne d’arrivée pour l’après 2015. Faisons savoir aux dirigeant(e)s mondiaux/ales que nous sommes en faveur d’une éducation de qualité pour tou(te)s, gratuite et inclusive, et exigeons la prise de mesures urgentes.