Ei-iE

L’éducation, la voie vers un avenir durable

Publié 7 décembre 2015 Mis à jour 9 décembre 2015

Dans le cadre des négociations de la COP21 à Paris en vue d’un accord sur le climat, le rôle central de l’éducation pour parvenir à un avenir durable a été largement ignoré, un point que l'Internationale de l'Education demande instamment aux leaders de reconnaître.

Pour l'Internationale de l'Education (IE), il est crucial de maintenir dans l’accord de la Conférence des Parties 21 (COP21) un article soulignant l'importance de l’éducation et de la formation pour la lutte contre le changement climatique.

Il en va de même pour la section de l’accord portant sur la recherche. En supprimant toute référence aux ressources financières nécessaires pour sa mise en œuvre, les négociateurs/trices ont sensiblement affaibli la portée de cette section.

A la lumière de sa résolution sur l’éducation pour le développement durable et sur la recherche publique et la crise environnementale, adoptée en juillet 2015 lors de son dernier Congrès mondial, l’IE craint que l’accord final déçoive sur ces aspects très importants, qu’elle considère comme essentiels pour l’avenir de la lutte contre le changement climatique.

Le Secrétaire général de l’IE Fred van Leeuwen a réitéré ce message dans les remarques qu’il a formulées lors de sa participation à un événement de la COP21 et dans lesquelles il a souligné « le rôle prépondérant que jouent ou peuvent jouer la profession enseignante et nos systèmes scolaires pour atteindre la conscientisation mondiale pour le climat. »

Pour préparer au mieux nos enfants aux défis qui les attendent, l’éducation doit constituer une composante clé de l’accord sur le climat, a-t-il déclaré. « Il faut prendre un engagement sérieux pour assurer que l’éducation au développement durable fasse partie intégrante des systèmes scolaires. Cet engagement doit figurer au programme scolaire. »

Vendredi, à l’occasion de la journée de l’éducation de la COP21, Van Leeuwen regretté qu’une seule journée ait été consacrée à l’éducation. Il a par ailleurs qualifié de « déroutant » le fait que l’éducation ne soit pas davantage valorisée dans l’article 8 du projet d’accord de la conférence.