Ei-iE

L’UNESCO appelle à la mise en œuvre de politiques éducatives inclusives

Publié 20 juillet 2016 Mis à jour 27 juillet 2016

Soucieuse d’accélérer la mise en œuvre de l’Objectif de développement durable 4 pour l’éducation de qualité, l’UNESCO a co-organisé avec l’UNICEF une réunion de haut niveau, à New York, le 19 juillet dernier.

Organisée par les gouvernements du Maroc, de Norvège et de la République de Corée, cette réunion de haut niveau a accueilli des représentant(e)s des Etats membres des Nations Unies ainsi que d’autres acteurs clés de l’éducation. Les participant(e)s ont discuté de stratégies destinées à répondre aux besoins des populations les plus marginalisées, et examiné les moyens de garantir l’inclusion, l’équité et l’égalité des genres au sein de l’éducation.

Dans son discours d’ouverture, la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova, a attiré l’attention sur les nouveaux chiffres révélant le nombre d’enfants et de jeunes non scolarisés à travers le monde – 263 millions - et sur les 39 milliards de dollars américains nécessaires au financement de l’éducation. Dans son allocution thématique, Erna Solberg, Première ministre norvégienne, a rappelé aux Etats membres des Nations Unies que le financement de l’éducation relève essentiellement des gouvernements nationaux. Elle exhorté les bailleurs de fonds à aider les pays en développement, promettant l’engagement de son propre gouvernement à poursuivre son soutien à l’éducation et à la société civile à travers le monde. Elle a également reconnu le rôle essentiel des enseignant(e)s: « Il importe d’écouter la voix de la communauté enseignante, car c’est elle qui connaît le mieux la situation des enfants ».

M. OH Joon, Président du Conseil économique et social des Nations Unies, a communiqué des informations concernant le Forum politique de haut niveau, en promettant lui aussi le soutien de son pays à l’éducation.

Le Directeur général de l’Organisaiton internaitonale du Travail (OIT), Guy Ryder a souligné la nécessité de lutter contre le travail des enfants et de garantir l’acquisition de compétences parmi les jeunes. Il a également attiré l’attention sur le dernier rapport du Comité conjoint d’experts OIT/UNESCO pour l’application de la Recommandation concernant le personnel enseignant, révélant l’érosion du statut de la profession enseignante.

Intervenant depuis la salle, Dennis Sinyolo, Coordinateur senior de l’Internationale de l'Education, a instamment demandé aux gouvernements d’investir dans les enseignant(e)s - formation, recrutement, développement professionnel, salaires et conditions d’emploi. Il a encouragé les gouvernements à engager un véritable dialogue avec les enseignant(e)s et leurs organisations. Il a attiré l’attention des Etats membres des Nations Unies sur le sort des enfants réfugiés et migrants, ainsi que sur l’incapacité de bon nombre de pays de transit et de destination à répondre à leurs besoins en matière d’éducation.

Le Ministre bolivien de l’Education, le Représentant permanent de la Tanzanie auprès des Nations Unies, le Responsable principal du GPE, ainsi que des représentants de l’UNICEF et de l’Institut de Statistique de l'UNESCO, ont également pris la parole à l’occasion de l’événement organisé durant petit déjeuner.