Ei-iE

Pologne: le projet de réforme de l’éducation du gouvernement est néfaste, dénoncent les éducateurs/trices polonais(e)s

Publié 12 octobre 2016 Mis à jour 13 octobre 2016

Les syndicalistes du secteur de l’éducation ont défilé vent debout lors de la manifestation organisée pour lutter contre la réforme de l’éducation qui, préviennent-ils, conduira inévitablement à des licenciements massifs d’éducateurs/trices, et portera un coup dur à la qualité de l’éducation.

Près d’un millier d’enseignant(e)s et de travailleurs/euses de l’éducation polonais(e)s ont répondu à l’appel du Zwiazek Nauczycielstwa Polskiego(ZNP), un affilié polonais de l’Internationale de l’Education, à investir les rues de la capitale Varsovie le 10 septembre, afin d’exprimer leur opposition à la réforme de l’éducation. Cette dernière entend organiser les établissements d’éducation entre les écoles primaires, les écoles d’enseignement secondaire supérieur et les écoles d’enseignement technique, tout en supprimant les écoles d’enseignement secondaire inférieur et les établissements d’enseignement professionnel, à compter de 2017.

Outre Varsovie, 17 autres villes polonaises ont été le théâtre de manifestations auxquelles ont participé des parents, des représentant(e)s des autorités locales, des dirigeant(e)s d’entreprises, des scientifiques, des leaders de communautés locales, et des représentant(e)s d’organisations non gouvernementales (ONG) et du secteur privé de l’éducation. Au total, plus de 25.000 personnes ont répondu présent lors de cette action.

Les manifestations se sont déroulées devant les bureaux provinciaux des deux chambres, et une pétition à l’attention du Premier ministre Beata Szyd?o a été remise aux gouverneurs des provinces.

« Nous exigeons le retrait de cette réforme néfaste », a déclaré le Président du ZNP, Slawomir Broniarz.

Ce projet de loi, qui a été présenté le 16 septembre par la ministre de l’Education Anna Zalewska, « nous renvoie aux propositions de loi de 1999 et représente un bond en arrière considérable. Il entend restaurer un système en totale inadéquation avec le développement actuel de la civilisation ».

« La suppression du collège constitue une véritable régression », a-t-il ajouté.

Le ZNP appelle le Premier ministre Beata Szyd?o à engager un dialogue et à s’attaquer aux problèmes de l’éducation polonaise, car « l’éducation est avant tout une force motrice qui nous stimule, bien qu’elle soit mise à mal par la ministre de l’Education », a-t-il conclu.

Le même jour, la ministre Zalewska rencontrait des représentant(e)s des syndicats de l’éducation. Si les deux camps se sont dits prêts à entamer un dialogue, Broniarz a déploré, à l’issue de la réunion, le fait que la ministre se soit uniquement focalisée sur les enjeux économiques, sans même avoir abordé la réforme de l’éducation dans son ensemble.