Ei-iE

COP 22: l’éducation, le moteur de l’avenir

Publié 21 novembre 2016 Mis à jour 28 novembre 2016

La table ronde « Les éducateurs/trices à la base de la durabilité », organisée à l’occasion de la 22e Conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, est venue réaffirmer le rôle prépondérant des éducateurs/trices dans l’offre d’une éducation au développement durable et d’une éducation au changement climatique.

« En tant que fédération syndicale internationale représentant des syndicats d’enseignants et d’autres professionnels de l’éducation aux quatre coins du monde, l’Internationale de l’Education (IE) appelle les Nations Unies (ONU) et tous les gouvernements à se pencher sur la question urgente du changement climatique », a déclaré le représentant de l’IE Dennis Sinyolo, à l’occasion de la table ronde coorganisée par l’IE, l’UNESCO et la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’environnement le 14 novembre dernier à Marrakech (Maroc), dans le cadre de la 22e Conférence des Parties (COP 22) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

IE: l’éducation est la clé

« Unis sous la bannière de l’IE, les enseignantes et enseignants du monde entier sont convaincu(e)s que l’éducation et les enseignant(e)s constituent les moteurs les plus puissants dans la lutte contre le changement climatique », a fait valoir M. Sinyolo. En outre, le représentant de l’IE a reconnu qu’une formation, des outils, des ressources et un soutien adéquats de la part du gouvernement et de la société sont nécessaires pour permettre aux enseignant(e)s d’offrir une éducation au développement durable (EDD) et une éducation au changement climatique (ECC) efficaces.

De nouvelles mesures devraient voir le jour afin d’adopter un modèle de développement durable qui réponde aux besoins de la société actuelle, sans pour autant compromettre la capacité des générations futures à assurer ces besoins, a-t-il ajouté.

Impact du nouveau modèle économique

L’IE est profondément convaincue que « l’éducation sera le moteur de l’avenir » ainsi que la clé pour atteindre un développement durable et sensibiliser les citoyen(ne)s du monde entier au changement climatique, a-t-il déclaré. En effet, le secteur de l’éducation a un rôle crucial à jouer dans la transition vers une économie mondiale à faibles émissions de carbone, et un nouveau modèle économique aura un impact considérable sur les travailleurs/euses ainsi que sur l’éducation et la formation, qui devront préparer les jeunes à la vie citoyenne et professionnelle. Les enseignant(e)s et les éducateurs/trices jouent un rôle prépondérant dans l’offre d’une EDD et d’une ECC de qualité, a-t-il fait remarquer.

M. Sinyolo a en outre insisté sur le fait qu’il existe bel et bien des bonnes pratiques en matière d’éducation au changement climatique: les établissements scolaires et les enseignant(e)s ont déployé des efforts considérables afin de protéger l’environnement et de lutter contre le changement climatique, en créant des établissements écologiques, en instaurant des programmes de recyclage ou encore en menant des campagnes de sensibilisation. L’IE travaille de concert avec ses affiliés en vue de développer des profils de compétences pour les enseignant(e)s ou des lignes directrices relatives aux normes d’enseignement professionnelles intégrant l’EDD et l’ECC.

Soutien de l’IE

A l’occasion de la COP 21, qui s’est déroulée en décembre 2015 à Paris et qui a placé l’ECC au cœur des efforts visant à endiguer le changement climatique, l’IE a appuyé les revendications du mouvement syndical international en faveur d’une transition équitable pour les travailleurs/euses confronté(e)s aux changements économiques considérables qui s’opèrent déjà à l’heure actuelle. L’IE soutient en outre les recommandations formulées par la Confédération syndicale internationale à la COP 22.

Recommandations de l’IE à la COP 22

Lors de la COP 22, M. Sinyolo a rappelé les quatre principales recommandations de l’IE à l’ONU et aux gouvernements:

·         Placer l’éducation au cœur des efforts nationaux, régionaux et mondiaux visant à lutter contre le changement climatique.

·         Adopter des mesures visant à renforcer les programmes de formation initiale et de développement professionnel continu des enseignant(e)s, afin de doter les enseignant(e)s et autres professionnel(le)s de l’éducation des compétences nécessaires pour dispenser une EDD et une ECC, et permettre aux étudiant(e)s d’acquérir les connaissances, les compétences, les attitudes et les valeurs nécessaires à la protection de la planète.

·         Consolider l’Accord de Paris en instaurant ou en intégrant de nouvelles références à un soutien financier adéquat et prévisible en faveur de l’éducation, de la formation et de la recherche dans le domaine du changement climatique, en impliquant toutes les parties, les pays développés comme les pays en développement.

·         S’assurer que la gouvernance internationale du climat applique les Objectifs de développement durable des Nations Unies et le Programme d’action global de l’UNESCO pour l’EDD, afin de définir un cadre international solide visant à endiguer le changement climatique.

Pour de plus amples informations sur les recommandations de l’IE à la COP 22, veuillez cliquer ici