Ei-iE

L’éducation des réfugié(e)s au cœur de la première journée de conférence organisée par le CSEE

Publié 7 décembre 2016 Mis à jour 19 décembre 2016

A l’occasion de sa première journée, la Conférence du Comité syndical européen de l’éducation, qui devra conduire à l’adoption de nombreuses résolutions, s’est penchée sur le sort des réfugié(e)s en Europe.

L’allocution d’ouverture et les premiers débats ayant rapidement porté sur la situation des réfugié(e)s en Europe, le ton des discussions s’est très vite durci. Les intervenant(e)s qui ont pris la parole ont vertement dénoncé le traitement réservé aux réfugié(e)s par les responsables politiques et les gouvernements, qu’ils/elles considèrent comme défensif, inapproprié et parfois même raciste. En outre, ils/elles ont manifesté leur soutien envers les droits des réfugié(e)s quelle que soit leur origine, et ont affirmé la nécessité de combattre les comportements racistes tant au sein qu’en dehors des établissements scolaires. Les écoles constituent la clé de l’intégration et sont des havres de paix pour les enfants touchés par un conflit, ont-ils/elles répété à l’envi.

Les technologies de l’information et de la communication dans l’éducation

Par la suite, les délégué(e)s se sont penché(e)s sur l’adoption du principal document d’orientation politique du Comité syndical européen de l’éducation (CSEE) relatif au rôle des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’éducation. L’adoption de ce document, qui formule 53 recommandations, a été soutenue par différent(e)s intervenant(e)s qui ont rappelé la nécessité pour les enseignant(e)s d’établir un cadre au regard de l’utilisation des TIC et de ne pas exclusivement axer leurs cours sur ces technologies.

« Les enseignantes et enseignants doivent faire figure de proue pour définir l’éducation dans la société numérique », a déclaré Hege Valås, membre du syndicat norvégien Utdanningsforbundet (UEN).

D’aucun(e)s ont par ailleurs affirmé qu’à moins que les enseignant(e)s n’affirment haut et fort leur autonomie, les programmes relatifs aux TIC risquaient d’être définis par des parties externes à l’enseignement public, mues par des intérêts commerciaux.

Coup d’envoi des élections

La Présidente du CSEE, Christine Blower, a été réélue sans opposition pour un nouveau mandat de quatre ans. Lors de son discours, elle a fait part de sa reconnaissance pour le soutien qu’elle a reçu au cours de son dernier mandat, et s’est réjouie de pouvoir continuer à travailler de manière constructive avec toutes les parties impliquées durant ces quatre prochaines années.

Les informations relatives aux élections organisées lors de la deuxième journée de conférence seront publiées prochainement.

La Conférence du CSEE, qui se tient à Belgrade, en Serbie, se clôturera le 8 décembre.