Ei-iE

Journée Internationale de la Femme 2021

Publié 2021-03-08 Mis à jour 2021-04-01

Journée Internationale de la Femme 2021

Atteindre l’égalité pour les femmes et les filles est non seulement pour des raisons d'équité et de respect des droits de l’homme, mais aussi parce que c'est une condition préalable à la réalisation de bien d'autres objectifs”, Ban Ki-moon, ancien Secrétaire Général des Nations Unies. La Journée Internationale de la Femme (JIF) remonte à environ 110 ans. Issue d'un mouvement syndical, elle est devenue un événement annuel reconnu par les Nations Unies. L'événement a débuté en 1908 lorsque 15 000 femmes ont défilé dans la ville de New York pour réclamer des horaires de travail plus courts, de meilleurs salaires et le droit de vote. C'est le Parti Socialiste d'Amérique qui a déclaré la première Journée Nationale de la Femme un an plus tard. 

 En 1975, les Nations Unies ont officiellement reconnu la Journée Internationale de la Femme, qui est célébrée chaque année le 8 mars, et en 1996, elles ont commencé à adopter un thème annuel pour chaque année. Le premier thème était : "Célébrer le passé, planifier l'avenir".

La JIF est une journée consacrée à la célébration des réalisations des femmes dans les domaines social, économique, culturel et politique à travers l'histoire et le monde. C'est pour les femmes de différents milieux et de différents domaines, une occasion de se rassembler pour lutter pour l'égalité des sexes et les droits des femmes. Le thème de la Journée Internationale de la Femme 2021 est : “Leadership féminin : Pour un futur égalitaire dans le monde de la COVID-19.”

En effet, la COVID-19 a causé de nombreux problèmes dans la plupart des pays sur les plans social, culturel et économique. Les progrès réalisés en matière d'égalité des genres dans le monde et en particulier en Afrique, ont été érodés par l'impact de la pandémie. Les tensions au sein des ménages se sont accrues en raison des difficultés économiques résultant de l'effondrement des entreprises, et la violence à l'égard des femmes et des filles est montée en flèche. Le secteur de l'éducation a été gravement touché par de longues périodes de fermeture d'écoles, entraînant des pertes d'emploi pour de nombreuses enseignantes et le personnel de soutien à l'éducation avec des contrats de travail précaires, et conduisant de nombreux enfants, en particulier des filles, au travail des enfants (y compris les pires formes de travail des enfants comme la prostitution ou l'exploitation sexuelle), ainsi qu'au mariage des enfants, etc.

La célébration mondiale de la JIF a englobé un large éventail d'activités, allant d'événements spéciaux tels que des rassemblements, des conférences publiques, des expositions et des festivals organisés par des groupes de femmes, des communautés, des entreprises et des institutions gouvernementales. Quant aux femmes des syndicats de l'éducation en Afrique, elles ont eu l'occasion d'apprendre des expériences de leadership de figures féminines influentes de l'Internationale de l'Education au niveau mondial et du Réseau Africain des Femmes en Education, et de réfléchir aux moyens de poursuivre l'éducation, la sensibilisation et le plaidoyer afin d'accroître le leadership des femmes dans la Région et de partager des réflexions sur la façon de défier le statu quo. 

Bien que nous reconnaissions les dirigeantes des syndicats de l'éducation qui nous ont défendues en tant qu'éducatrices, il est nécessaire que les réseaux des femmes de l'IE soient à la pointe de la lutte en remettant en cause les stéréotypes de genre, les attitudes patriarcales et les pratiques néfastes, afin de s'assurer que nous participions au processus de transformation des mentalités en matière d'égalité des sexes et de droits des femmes.

C'est dans cette optique que le Directeur de l'IE Région Afrique, le Dr. Dennis Sinyolo, a réitéré l'engagement de l'IE à promouvoir l'égalité des genres dans la région et dans le monde.  L'IE et ses organisations membres en Afrique continueront de collaborer, de travailler en réseau, de partager leurs expériences, d'autonomiser et de soutenir les femmes, d'organiser et de mobiliser les membres des syndicats pour défendre l'égalité des sexes. “Nous défendrons l'égalité, l'équité et l'inclusion des sexes dans nos systèmes éducatifs et nos syndicats ; pour cela, nous devrions utiliser les traités, cadres et outils internationaux, les politiques et législations nationales qui peuvent contribuer à la lutte pour l'égalité des sexes. Nous devons nous adapter, nous équiper et promouvoir le Plan d'action pour l'égalité des genres de l'IE et continuer à plaider pour la ratification et la pleine mise en œuvre de la Convention 190 de l'OIT.”