Ei-iE

16ème congrès de FETE-UGT Résolution du séminaire international Madrid 24/26 mai 2013

Publié 7 juin 2013 Mis à jour 7 juin 2013

Les organisations syndicales de l’enseignement d’Europe, d’Amérique latine et du nord de l’Afrique qui participent au 16è congrès de FETE-UGT sont arrivées aux conclusions suivantes :

1 – L’analyse des différentes situations nationales montre qu’aussi bien dans les pays du Sud que dans les pays du Nord, les syndicats de l’enseignement sont confrontés à l’une des plus dures et des plus violentes attaques contre l’éducation publique pour tous et toutes et contre la profession enseignante.

Sans ignorer les différences et les dissymétries existantes entre les pays et les régions nous constatons que les autorités éducatives et les responsables politiques cherchent à imposer les mêmes politiques d’austérité  qui produisent les mêmes effets désastreux.

2 – La détérioration et la tendance à la privatisation et à la marchandisation de l’éducation publique de qualité, la seule qui garantit l’accès à l’éducation de tous et toutes ; des coupes et des réductions dans les budgets de l’éducation considérés souvent comme une dépense excessive et non comme un investissement pour le futur.

3 – D’autre part, la suppression de certaines disciplines en rapport avec la construction d’une citoyenneté libre, démocratique, critique et participative, les attaques contre les conditions de vie et de travail du personnel éducatif à tous les niveaux, l’augmentation des heures de classe et la fermeture d’écoles, entre autres facteurs,  réduisent les chances d’accéder à une éducation publique de qualité, droit humain fondamental.

4 – Nous sommes pleinement conscients que, si actuellement, ce sont les organisations du Sud de l’Europe en particulier qui sont les plus touchées par cette politique, ses objectifs ne s’arrêtent pas aux frontières et chaque pays a son propre  « Sud ». Par ailleurs, les tentatives d’imposer des lois aux critères clairement régressifs tentant de renvoyer nos pays à leur passé le plus obscur nous préoccupent.

5 – C’est pourquoi nous venons exprimer notre plus grande solidarité avec les mesures que prendront la FETE UGT et les autres organisations syndicales espagnoles de l’enseignement pour faire face aux politiques éducatives qui attaquent l’école publique de ce pays.

6 – En tant que syndicats membres de l’Internationale de l’Education nous dénonçons les attaques contre les organisations syndicales et nous proclamons aussi qu’au cœur de notre projet éducatif se trouve la défense de l’éducation publique de qualité comme droit social pour toutes et tous, démocratique et libre de préjugés et de critères de discrimination.

Nous réaffirmons notre conviction que le modèle éducatif que nous défendons est la base de la démocratie et contribue à renforcer des modèles sociaux et économiques qui respectent les droits sociaux et qui servent de base pour des économies plus justes dans le cadre du développement durable.