Ei-iE

Inde : renforcer les syndicats à travers la numérisation des affiliations et l’amélioration de la communication

Publié 21 juin 2022 Mis à jour 29 juin 2022

Les syndicalistes indien·ne·s de l’éducation ont récemment organisé un atelier visant à examiner les bénéfices et les potentiels des technologies de l’information et de la communication (TIC) pour renforcer et soutenir les membres des syndicats indiens.

Du 8 au 10 juin, les membres des organisations affiliées à la All India Primary Teacher’s Federation (AIPTF) dans les États de l’Uttarakhand et du Jharkhand ont participé à un atelier organisé à New Delhi, intitulé « Numérisation des affiliations et amélioration de la communication syndicale ». Au cours de cet événement, l’occasion leur a été offerte d’échanger divers concepts et idées concernant leurs infrastructures informatiques (base de données des affiliations, site web, applications, etc.). Les participant·e·s ont également discuté de la mise en place d’un système de gestion de la base de données numériques des affiliations, avant d’établir un calendrier de mise en œuvre et d’étudier de nouvelles possibilités pour l’avenir.

Cet atelier, adressé aux membres des organisations URPSS (État de l’Uttarakhand) et JRPSS (État du Jharkhand), a été organisé dans le cadre du projet « Transformer les syndicats au travers du renforcement des capacités au sein de l’économie numérique », avec le soutien du bureau régional de l’Internationale de l’Éducation pour l’Asie-Pacifique (IEAP) et du syndicat suédois Lärarförbundet. Cet événement s’est déroulé en présence du président et du secrétaire général de l’AIPTF, de dirigeantes syndicales et de représentant·e·s des deux États sélectionnés.

IEAP : s’adapter et rester pertinent

Le coordinateur régional principal de l’IEAP, Anand Singh, a ouvert l’atelier en soulignant l’importance pour les syndicats de modifier leurs méthodes de travail et d’adopter de nouvelles pratiques et outils dans le cadre de leurs activités syndicales. Il est notamment nécessaire de revoir les modalités de travail avec les membres et les parties prenantes et d’assurer le renouvellement des syndicats pour leur permettre de rester forts et pertinents.

Anand Singh a cité en exemple la façon dont les syndicats ont utilisé les technologies modernes durant la pandémie pour poursuivre leurs activités et rester en contact avec leurs membres. Il a également insisté sur la nécessité pour les syndicats de s’appuyer sur les technologies dans leur travail quotidien et d’assurer une communication bilatérale avec leurs membres, en utilisant les technologies pour les campagnes et la syndicalisation.

AIPTF : les TIC au cœur du renouvellement syndical

Le président de l’AIPTF, Ram Pal Singh, a souligné que le renouvellement syndical consistait à évaluer ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Les syndicats doivent notamment évaluer comment travailler avec leurs membres, la société et les gouvernements, comment répondre aux attentes de leurs membres et déterminer s’ils disposent des structures et processus adéquats pour atteindre leurs objectifs. Il a ajouté que le renouvellement syndical était d’une importance cruciale et que les syndicats devaient utiliser de nouveaux outils, ainsi que les TIC, pour travailler avec leurs membres et la communauté et maintenir une base de données des affiliations et des paiements de cotisations.

Présentations des syndicats

Les deux syndicats ont ensuite présenté leurs structures, leur fonctionnement et leur situation actuelle. Ils ont décrit leurs activités quotidiennes, leurs modèles de communication interne et externe, les fonctions et responsabilités des dirigeant·e·s syndicaux·ales aux niveaux local, départemental et étatique, ainsi que leurs systèmes de recrutement. Ils ont ensuite expliqué comment et par qui sont collectées les cotisations syndicales.

Système de gestion de la base de données des affiliations

L’équipe informatique des syndicats a présenté le système de gestion de la base de données des affiliations proposé et les outils associés. L’équipe a fait une démonstration en direct pour expliquer comment numériser les affiliations, ajouter ou approuver des effectifs nouveaux ou existants, suivre l’historique des paiements de cotisations, créer des rapports d’affiliation désagrégés et utiliser cette plateforme pour communiquer avec les membres.

Les participant·e·s ont examiné la façon dont ces rapports pourraient les aider à communiquer efficacement avec leurs membres, à gérer les opérations de leur syndicat et à cibler les zones plus faibles en termes de recrutement en utilisant des données démographiques. Dans la mesure où l’ensemble des dirigeant·e·s syndicaux·ales sont également des enseignant·e·s à temps plein, le système a montré à quel point il était possible de gagner du temps grâce à ces données.

Les participant·e·s ont également appris comment lancer des invitations à des réunions, enregistrer des plaintes, gérer des problèmes (comme la billetterie), mener des enquêtes, convoquer des réunions de la direction, etc., en utilisant les outils informatiques disponibles sur le site web de leur syndicat.

Utilisations pratiques du système de base de données

Le deuxième jour de l’atelier, les participant·e·s ont examiné les moyens de garantir que le système logiciel puisse répondre aux besoins des deux syndicats. Il·Elle·s ont ensuite discuté de la façon de créer une base de données des affiliations, à partir de laquelle les dossiers des membres existant·e·s pourraient être saisis numériquement. Toutefois, il a été décidé à l’unanimité que, pour l’instant, les données des membres existant·e·s seraient collectées hors ligne. Les informations des nouveaux·elles membres pourront être recueillies en ligne plus tard.

Une autre séance a été consacrée au contenu d’un formulaire destiné à collecter les données des membres. Les syndicats ont insisté sur le fait que ces plateformes en ligne (sites web et outils logiciels) devaient proposer un choix de langue et une interface facile à utiliser.

Améliorer la communication des syndicats

Le troisième et dernier jour de l’atelier a été consacré à l’amélioration de la communication syndicale. Des propositions de sites web, de réseaux sociaux et d’applications ont été présentées. Un projet de site web conçu pour les syndicats a également été présenté, pour lequel les dirigeant·e·s syndicaux·ales ont été invité·e·s à proposer des contenus dans un délai convenu.

Les participant·e·s ont fait remarquer que le modèle de communication actuel des syndicats (interne et externe) est limité par nature et n’utilise ni outils ni infrastructures informatiques modernes. Plusieurs réseaux sociaux leur ont été présentés, comme Twitter, Facebook, YouTube, ainsi que divers outils de communication (blogs, articles d’opinion, infographies, vidéos, etc.). L’équipe informatique a présenté la structure de ces plateformes et la façon dont ces outils pouvaient les aider à amplifier leurs messages et à les diffuser aux autres membres. Il a été décidé d’assurer une présence des syndicats sur différents réseaux sociaux. Par ailleurs, une application interactive personnalisée sera conçue exclusivement pour les syndicats – les dirigeant·e·s syndicaux·ales seront formé·e·s à son utilisation à un stade ultérieur du projet.

Les participant·e·s ont reconnu le potentiel de communication qu’offre une utilisation efficace d’un site web, d’un réseau social ou d’autres applications. Il·elle·s ont également compris comment ces outils pouvaient être utilisés pour assurer une communication interne et externe efficace, permettant aux syndicats de recruter, former et rester en contact avec leurs membres.

Un atelier efficace : décisions et échéances

À la fin de l’atelier, des dirigeant·e·s syndicaux·ales spécifiques dans les deux États indiens se sont vu attribuer des fonctions, des responsabilités et des échéances précises en relation avec les décisions qui ont été prises.

Principales conclusions et échéances :

  • Les deux syndicats doivent soumettre le contenu de leurs sites web dans la langue de leur choix à l’équipe informatique d’ici le 30 juin 2022.
  • Les deux syndicats doivent collecter les données de 10.000 membres (5.000 chacun) via le formulaire prévu à cet effet et les soumettre à l’équipe informatique d’ici le 31 juillet 2022, en vue de leur numérisation.
  • Le site web et les réseaux sociaux doivent être mis à disposition des syndicats avant octobre 2022.
  • Les programmes de formation et le manuel d’utilisation adressés aux dirigeant·e·s et aux membres des syndicats (pour le site web, les applications, les outils logiciels, etc.) doivent être mis à disposition après la mise à jour de la base de données des affiliations.

Engagement des dirigeant·e·s syndicaux·ales

Au cours de sa conclusion, le président de l’AIPTF, Ram Pal Singh, s’est dit désireux de voir ce projet renforcer les syndicats en impliquant les jeunes et les femmes, en utilisant les technologies modernes et en adoptant de nouvelles méthodes de travail.

Le président de l’URPSS, Digvijay Singh, a déclaré que les outils innovants pour le travail syndical adoptés au cours de cet atelier permettraient aux syndicats d’améliorer leurs relations avec la base et les enseignant·e·s nouvellement nommé·e·s.

L’utilisation des TIC et la numérisation joueront un rôle important dans le renforcement des syndicats, a déclaré le secrétaire général du JRPSS, Yogendra Tiwari. Il s’est engagé à ce que les décisions qui ont été prises soient mises en œuvre dans un délai raisonnable.

Le coordinateur régional principal de l’IEAP, Anand Singh, a remercié les dirigeant·e·s nationaux·ales et étatiques d’avoir participé à cet atelier et Lärarförbundet d’avoir soutenu ce projet. Il a demandé instamment aux syndicats participants de se lancer activement dans la mise en œuvre du projet dans un délai raisonnable. Il a également souligné que « l’utilisation des technologies de l’information permettra de créer une structure numérique solide qui, à son tour, renforcera les syndicats ».