• Accueil
  • News
  • Les dirigeants de syndicats d'enseignants s'unissent pour le sommet mondial

Les dirigeants de syndicats d'enseignants s'unissent pour le sommet mondial

Plus de 9.000 délégués étaient à la Nouvelle Orléans (Etats-Unis), à l'occasion de la Réunion annuelle et de l'Assemblée représentative de la NEA.

Dans le cadre de la préparation à l'Assemblée, le département des relations internationales de la National Education Association (NEA), l'un des membres les plus importants de l'IE aux Etats-Unis, a parrainé un Sommet mondial de l'éducation ayant pour thème « La diplomatie pour une nouvelle génération ». Des ateliers et des tables rondes ont permis à la centaine de participants de découvrir de nouvelles techniques et stratégies permettant non seulement de préparer leurs étudiants à un monde de plus en plus complexe et interdépendant, mais aussi de collaborer et de s'unir face aux impressionnants défis mondiaux. Dennis Van Roekel, Président de la NEA, a accueilli le groupe. John Wilson, Directeur exécutif, a guidé les discussions en matinée, parmi lesquelles figurait un débat mené par le Dr. Anthony Jackson de la Asia Society Partnership for Global Learning. Les participants ont ensuite assisté à plusieurs ateliers animés par des partenaires clé de la NEA, avec entre autres les Peace Corps et les Coverdell World Wise Schools, la Campagne mondiale pour l'éducation, iEARN-USA et le projet Magna Carta. La session de l'après-midi a été consacrée aux méthodes de coopération des syndicats d'enseignants pour faire face aux problèmes auxquels sont confrontés les éducateurs dans le monde, comme la privatisation et le testing. Lily Eskelsen, Vice-présidente de la NEA, s'est exprimée sur l'importance de l'égalité des genres dans l'éducation et sur la campagne menée en vue d'atteindre les objectifs d'Education pour Tous. Elle a également présenté une nouvelle vidéo produite conjointement par la NEA, le réseau de communication de l'IE et les affiliés de la région Caraïbes et intitulée : « Agir localement - communiquer globalement : en route vers l'égalité des genres ». Pour les représentants étrangers de l'assemblée, parmi lesquels se trouvaient des représentants des membres de l'IE en Australie, au Chili, au Sénégal, en Afrique du Sud et au Royaume-Uni, le sommet fut une excellente occasion d'entamer les discussions avec leurs homologues américains concernant les nombreux points qui les rapprochent. « C'est incroyable de réaliser que nous devons faire face aux mêmes politiques inefficaces », a déclaré Angelo Gavrielatos, Président de la Australia Education Union (AEU). « Mais nous devons collaborer – il ne devrait exister aucune frontière à l'éducation des enfants. » Gavrielatos a également clôturé le sommet avec une brève présentation du programme de coopération à l'aide au développement de l'AEU, visant à promouvoir l'éducation de par le monde. A travers ce programme, l'AEU consacre 0,7% des cotisations de ses membres à des projets internationaux. Certains membres s'y opposent. « Je leur répondrai que partout où vit un enfant - n'importe où dans le monde - cet enfant concerne un enseignant. »

Partagez cette page