Résolution en solidarité avec les travailleurs irakiens

Le 5ème Congrès mondial de l'Internationale de l'Education (IE), réuni à Berlin, en Allemagne, du 22 au 26 juillet 2007, 1. CONSTATANT qu'à travers le monde des personnes inquiètes de la situation en Irak souhaitent l'arrêt de la violence et partagent l'espoir d'un avenir dans lequel les droits des travailleurs et de tous les citoyens en Irak sont respectés; et 2. CONSTATANT que le nombre de civils irakiens tués ou blessés à ce jour est dramatique. Les victimes de ce conflit sont essentiellement la population irakienne, dont les tentatives de prise en main de leur propre destin échouent sans arrêt. Les irakiens ont clairement démontré leurs aspirations lorsqu'ils ont défié l'intimidation à grande échelle et la violence croissante en se rendant aux urnes par millions afin d'élire le gouvernement irakien et d'approuver la constitution; et 3. CONSTATANT que la plus récente stratégie de Bush consistant à envoyer 28.000 troupes américaines supplémentaires en Irak n'a pas conduit à faire diminuer la violence, et 4. CONSTATANT que l'Irak a été le théâtre de violents enlèvements et attaques, ciblant de façon spécifique la communauté académique, qui ont causé la mort de centaines d'éducateurs et l'exode d'un bien plus grand nombre d'entre eux. La disparition de ces professionnels, qui avaient la responsabilité de former la prochaine génération de citoyens et de responsables irakiens, constitue non seulement une tragédie humaine, mais également un obstacle à la réémergence de l'Irak en tant que nation démocratique; et 5. CONSTATANT que malgré les obstacles juridiques, les travailleurs irakiens et leurs institutions sont déjà actifs dans la lutte en faveur de la démocratie. Les syndicalistes sont ciblés en raison de leur activisme, et certains ont payé de leur vie leur bravoure. Un pilier essentiel de toute démocratie est un mouvement syndical fort, libre et démocratique et cela est certainement le cas en Irak. Dans cet esprit l'IE considère donc que l'ITU, fondée en 2003 joue un rôle central en contribuant à la construction de la société civile en Irak et en instaurant l'égalité d'accès à l'éducation, indépendamment du genre, de l'origine ethnique, de la culture ou de la religion. 6. CONSTATANT que la construction d'un Irak démocratique est dépendante du soutien et de la participation non seulement d'une grande coalition de nations, mais également des organisations non gouvernementales en faveur de la démocratie. A cet égard, le mouvement syndical international a un rôle important à jouer: 7. DÉPLORANT les deux raids menés par des forces américaines et irakiennes à la fin de février 2007 au siège de la Fédération Générale des Travailleurs irakiens (GFIW) qui se sont soldés par l'arrestation d'un membre du personnel, la destruction des meubles et la confiscation d'un ordinateur et d'un télécopieur. 8. NOUS PRIONS l'IE de s'opposer à la guerre en Irak et d'appeler le gouvernement américain et ses partenaires de la coalition à rechercher une solution diplomatique qui inclut les alliés et les pays voisins de l'Irak pour obtenir une solution politique, et qui facilite le retrait des troupes étrangères rapidement et au moment opportun dans le cadre d'une stratégie de retrait appropriée; et 9. NOUS PRIONS l'IE de saluer le courage des irakiens et de condamner sans ambiguïté le recours à la terreur en Irak, et dans le monde entier. Nous demandons à l'IE d'appeler ses affiliés et la communauté internationale à aider les irakiens à renforcer leur capacité et assurer la sécurité de base; et 10. NOUS PRIONS l'IE de considérer comme un impératif moral et pratique le fait que l'action militaire en Irak doit être suivie par des programmes internationaux afin de reconstruire l'infrastructure du pays. Les irakiens qui ont souffert depuis longtemps méritent une chance d'avoir une vie normale caractérisée par l'autodétermination et la dignité. Nous demandons à l'IE de soutenir fortement le développement des initiatives éducatives et culturelles et des programmes par les organisations internationales, les gouvernements, les syndicats et les autres forces démocratiques afin de promouvoir la démocratie, l'état de droit et la tolérance en Irak; et 11. NOUS PRIONS l'IE de soutenir les efforts des enseignants irakiens et des autres travailleurs afin de former des syndicats indépendants. En l'absence de loi du travail appropriée, l'IE appelle le gouvernement irakien ainsi que les sociétés nationales et internationales opérant en Irak, à respecter les normes internationalement reconnues de l'Organisation internationale du Travail qui protègent le droit des travailleurs à s'organiser sans aucune interférence du gouvernement ou de l'employeur et le droit à s'organiser et à procéder à des négociations collectives dans les secteurs public et privé. Ces droits doivent également être étendus afin d'inclure l'égalité totale pour les femmes actives; et 12. NOUS PRIONS l'IE de condamner le fait que le décret de Saddam Hussein No 150, promulgué en 1987, qui a aboli les droits syndicaux des travailleurs dans le vaste secteur public irakien, n'a pas été abrogé. De plus, nous condamnons le décret No 875 du nouveau Conseil des ministres, qui a confisqué tous les fonds détenus par les syndicats et les empêche de dépenser leurs propres ressources financières. Les retenues sur salaire pour les cotisations syndicales ne sont également pas autorisées dans le cadre des lois actuelles. Nous demandons à l'IE d'appeler le gouvernement irakien à considérer, comme la première des priorités, l'adoption d'une nouvelle législation du travail conforme aux normes internationales du travail en remplacement de ces lois et décrets qui vont à l'encontre des intérêts des travailleurs; et 13. NOUS PRIONS l'IE de renouveler sa demande au gouvernement irakien de traduire en justice, conformément à la loi, les personnes responsables de violence contre la communauté académique et que le gouvernement irakien garantisse la protection des écoles à tous les niveaux ainsi que la sécurité de leurs administrateurs, des facultés, du personnel et des étudiants; et 14. NOUS PRIONS l'IE de condamner tout acte d'intimidation ciblant les militants syndicaux et démocrates. De concert avec le mouvement syndical international, nous demandons à l'IE de continuer à manifester son entière solidarité aux travailleurs irakiens dans leur lutte en faveur de la fin de la violence et d'une nation plus juste et démocratique. 15. Nous PRIONS l'IE d'apporter son soutien aux efforts du syndicat irakien des enseignants (ITU) qui cherche à établir un syndicat d'enseignants libre, indépendant, apolitique, non sectaire et démocratique.

Partagez cette page