• Accueil
  • News
  • 500 jours d’injustice – Nous devons réparer les torts et libérer Lula

500 jours d’injustice – Nous devons réparer les torts et libérer Lula

Ce 20 août marque le 500e jour d’emprisonnement arbitraire de l’ancien Président brésilien Luiz Inácio « Lula » da Silva. Cette journée est une journée d’action et de mobilisation pour la justice. Les éducateur·rice·s du monde entier soutiennent les revendications de leurs collègues brésilien·ne·s qui réclament la libération du Président Lula. Rejoignez-nous!

Président parmi les plus appréciés de l’histoire du Brésil et premier chef d’Etat venant du milieu ouvrier, Lula est victime d’une terrible erreur judiciaire. Malgré l’absence criante de preuves, ce dernier a été placé en détention et empêché de se présenter aux élections présidentielles contre le candidat d’extrême droite, Jair Bolsonaro. Alors que les sondages annonçaient clairement la victoire probable de Lula, ce dernier a été condamné sous de fausses accusations et n’a pas été autorisé à participer aux élections, malgré les appels lancés par le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies.

Le gouvernement de Bolsonaro abandonne actuellement toutes les politiques qui ont forgé la popularité de Lula auprès des Brésilien·ne·s et amélioré la vie de plusieurs millions d’entre eux·elles. L’éducation publique gratuite de qualité est menacée, au détriment des étudiant·e·s et de l’avenir du pays. Comme le souligne Lula, « les problèmes du Brésil ne seront pas résolus par les armes mais par les livres et les écoles ».

Fort d’une solide expérience au sein du mouvement syndical, le Président Lula a manifesté un large soutien aux syndicats de l’éducation du pays ou d’ailleurs, en rencontrant leurs représentant·e·s à plusieurs reprises. Il a notamment accueilli les délégué·e·s du Congrès mondial de l’IE organisé au Brésil en 2004, à Porto Alegre, et a donné une allocution lors du 33e Congrès national du CNTE/Brésil en 2017.

Les syndicats de l’éducation brésiliens ont appelé à la libération du Président Lula et adopté une position très ferme contre le gouvernement de Bolsonaro, ses méthodes et ses politiques. Roberto Franklin de Leo, Secrétaire aux relations internationales de la CNTE/Brésil et Vice-président de l'IE, a insisté sur le fait que « les 500 jours d’emprisonnement de l'ancien président Luis Inacio Lula da Silva marquent un triste jalon dans l'histoire récente de la démocratie brésilienne. La collusion entre des membres de l'appareil judiciaire brésilien, en partenariat avec des secteurs importants des principaux médias commerciaux du pays et des puissances économiques locales et internationales, a injustement emprisonné le principal dirigeant vivant du Brésil et le président le plus apprécié: à la tête du pays, Lula était un ardent défenseur d'un enseignement public de qualité pour tous les Brésiliens. Rien de ce dont il est accusé n’est vrai, mais le silence des instances de contrôle judiciaire brésiliennes rend tout le monde complice de cette arrestation injuste! Nous sommes tous Lula! Liberté pour Lula maintenant! »

David Edwards, Secrétaire général de l’Internationale de l’Education a déclaré: « Ces 500 jours de prison sans procès équitable ne peuvent continuer plus longtemps. Il ne s’agit pas seulement d’une personne. Il s’agit d’un pays qui n’a pas tenu sa promesse de démocratie véritable, d’État de droit, d’égalité et de respect des droits humains. Cette erreur judiciaire doit cesser maintenant. Lors du Congrès mondial de l'Internationale de l'éducation, des représentants de 32 millions d'éducateurs ont été clairs: nous nous associons à nos collègues brésiliens et demandons la libération immédiate du président Lula. »

Participez à l’action et ajoutez votre voix à l’appel #FreeLula! Voici comment y contribuer:

Pour de plus amples informations concernant la campagne en faveur de la libération de Lula, rendez-vous sur le site https://www.comitelulalivre.com/fr/nouvelle-home/