Ei-iE

Turquie : L’IE condamne le nouveau report d'une décision judiciaire

Publié 22 octobre 2010 Mis à jour 22 octobre 2010

La Cour suprême d’Izmir a une nouvelle fois reporté son verdict au 1er février 2011 dans le procès de 31 militants syndicaux du secteur public, dont 27 enseignants affiliés au syndicat Egitim Sen.

Les charges retenues contre les prévenus sont identiques à celles formulées peu après leur arrestation en mai 2009, à savoir « apporter un soutien intellectuel à des organisations illégales ».

Les prévenus sont soit membres du syndicat turc du secteur public Kamu Emekçileri Sendikalari Konfederasyonu (KESK), soit membres du syndicat Egitim-Sen, une organisation affiliée à l’IE. Tous sont kurdes ou entretiennent des relations avec la communauté kurde.

Les syndicalistes ont été arrêtés le 28 mai 2009, après plusieurs mois d’écoute téléphonique et de surveillance du courrier électronique privé. Leur domicile et leur lieu de travail ont été perquisitionnés et des ordinateurs ont été saisis. Ces arrestations se sont déroulées dans des conditions très violentes et ont entraîné des séquelles psychologiques chez les membres de leur famille, en particulier chez les enfants.

S’ils sont déclarés coupables, les inculpés risquent une peine allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement.

Une délégation de l’IE a assisté à la 4ème audience du 22 octobre 2010, qui n’a duré que 15 minutes. Depuis leur arrestation et leur mise en détention en mai 2009, le procès a déjà été reporté à quatre reprises : au 22 novembre 2009, au 2 mars, au 22 juin et au 22 octobre 2010.

L’interdiction de quitter le territoire n’a pas été levée, une décision qui empêchera la Secrétaire aux droits des femmes d’Egitim-Sen, Gulçin Isbert, de participer à la Conférence mondiale des femmes de l’IE.

L’IE va réfléchir aux moyens de renforcer son soutien à son organisation membre Egitim-Sen.

La délégation de l’IE devant le Tribunal d’Izmir. De g. à d. : Niels Lykke Lynnerup (DLF, Danemark), Deniz Yıldırım (Egitim Sen, Turquie), Klaus Lörcher (Allemagne), Anne Jenter (GEW, Allemagne), Jeremie Magermans (IE), Odile Cordelier (Vice-présidente de la Structure paneuropéenne de l’IE/CSEE, SNES-FSU, France).